Photo_EliseALLELYFERME

Elise Allély-Fermé

Directrice de la Conservation chez Pronatura México

Biographie 

Élise Allély-Fermé est Directrice de la Conservation chez Pronatura México, une organisation de la société civile mexicaine avec 42 ans d’expérience dans la conservation de la nature. Spécialisée en gestion intégrée de l’eau, Élise a cumulé dix ans d’expérience dans plusieurs domaines de la conservation de la nature, de l’atténuation du changement climatique et de la gestion intégrée de l’eau.

Avant de devenir directrice chez Pronatura México, Élise a mis son expertise au service de l’Australian Rivers Institute où elle a participé à l'élaboration d’un cadre de suivi écologique des projets de conservation et des Sites Ramsar d’Australie. Elle est également co-fondatrice de Youth Engaged in Wetlands », un réseau international pour la jeunesse qui a pour vocation de favoriser la coopération intergénérationnelle au sein de la Convention de Ramsar sur les zones humides. Avec le YEW, Élise a réuni des informations sur la participation des jeunes dans la conservation des zones humides et s’est efforcée d’officialiser leur implication dans les processus de la Convention, réussissant par la suite à élaborer une résolution sur la jeunesse qui a reçu le soutien des gouvernements d’Australie et du Costa Rica ainsi que de plusieurs organisations de la société civile.

L’activisme environnemental d’Élise a démarré lorsqu’elle a rejoint le Secrétariat de Ramsar en Suisse pour soutenir la mise en œuvre de la Convention et actualiser les informations des Sites Ramsar d’Europe. Elle a également dirigé plusieurs programmes d’éducation à l’environnement dans le Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin (France).

Élise est titulaire d'une licence en sciences de l’environnement à l’East Anglia University (Royaume-Uni) et d’un master en gestion intégrée de l’eau de l’Université de Griffith (Australie). Pendant son temps libre, elle aime faire du vélo, explorer les montagnes du Mexique et s'évader dans la photographie. Véritable citoyenne du monde, Élise est née et a grandi en France, au Mali et en Suisse avant de poursuivre ses études au Royaume-Uni et en Espagne tout en allant souvent rendre visite à sa famille aux États-Unis. 

Sa passion pour la conservation de l’eau est née au Mali où elle a personnellement vécu les difficultés liées à l’accès en eau potable. Cette sensibilisation écologique a pris de l’ampleur pendant son séjour en Suisse où elle s’est de plus en plus rendu compte des disparités qui existent en matière d’accès à l’eau et d’assainissement. Ses études au Royaume-Uni l’ont plongée dans les comportements liés à l’usage de l’eau ainsi que la gestion de l’eau dans les régions confrontées à un grave stress hydrique, révélant son engagement envers la promotion d’une utilisation durable et équitable de l’eau.

Le parcours à multiples facettes d’Élise et ses expériences variées ont forgé de façon unique sa vision et son expertise en matière de conservation, faisant d’elle un remarquable atout dans le mouvement écologiste mondial.

Elise -Allély-Fermé.

Questions et réponses 

Quelle expérience personnelle a façonné ou guidé votre parcours ?

Il y a dix ans, fraichement diplômée d'université, j'ai décroché mon premier emploi au Secrétariat de la Convention sur les zones humides en tant qu’Assistante du Conseiller régional pour l’Europe. Cette expérience m’a ouvert les yeux et s'est révélée être un véritable tremplin : j’ai découvert un monde que je ne connaissais pas et pour lequel je me suis complètement passionnée. J’ai fait partie du Secrétariat, participé aux COP de Ramsar et aux réunions du Comité permanent, je me suis rendue sur les sites et zones humides Ramsar, j’ai travaillé avec les instances gouvernementales et ONG, j’ai rencontré de nouveaux partenaires ... Tout cela m’a aidé et donné confiance pour mûrir et comprendre la Convention, les zones humides et les dynamiques sociales qui leur sont intrinsèquement liées.

Je ne me considère pas comme une experte de la conservation ou de la restauration des zones humides, mais j’ai le sentiment que je peux appréhender et admirer leur complexité. Et pour moi, c'est leur complexité qui fait toute leur beauté. C’est en faisant partie du Secrétariat que j’ai compris cela. J’ai rencontré des personnes formidables qui, avec leur passion pour les zones humides, ont fait grandir la mienne. Je suis vraiment reconnaissante d’avoir eu cette chance.

Quelle figure marquante a été pour vous une source d'inspiration ? En quoi vous a-t-il/elle particulièrement inspirée ?

Ce n’est pas facile de désigner une personne en particulier. Beaucoup de personnes à différents moments de ma vie m'ont inspirée. Je dirais surtout que toutes ces personnes ont en commun le fait de m’avoir inspirée à penser par moi-même, à avoir un œil critique, à remettre les choses en question ainsi qu’à faire entendre ma voix. Mes parents sont les premiers à m’avoir toujours encouragée et à avoir écouté mes idées.

Plus récemment, je dirais que ma directrice de mémoire de master, Mme Samantha Capon de l’Université de Griffith, a vraiment bouleversé ma façon de penser sur la conservation. Grâce à elle, j’ai gagné en confiance et j’aspire maintenant à des rêves encore plus grands. En plus des conseils qu’elle m’a donnés, j’ai été inspirée par l’exemple qu’elle montre en tant qu’universitaire, écologiste, actrice de la conservation, mère de famille, ainsi qu’en tant que femme sincère et bienveillante. Elle m’a invitée à rejoindre un groupe d’étudiantes pendant que je rédigeais mon mémoire : j’étais entourée d’esprits brillants ! Certaines travaillaient sur leur doctorat, d’autres sur leur mémoire de licence ou de master. C’était un espace positif et constructif basé sur l’entraide. Tout cela m’a particulièrement aidée à prendre confiance en moi.

Dans votre combat pour la conservation des zones humides, quel est le plus grand défi auquel vous ayez été confrontée ? Comment cette expérience a-t-elle affermi votre volonté d’avoir un impact positif ?
 
Quand je travaillais au Secrétariat, j’ai rencontré plusieurs jeunes qui étaient une source d'inspiration pour moi parce qu’ils travaillaient directement à la conservation des zones humides dans leurs pays respectifs. J’étais très impressionnée par leur travail et j’ai découvert qu’ils cherchaient aussi à étendre leur réseau : ils voulaient en faire plus et avoir un impact positif. C'est comme cela que nous avons lancé Youth Engaged in Wetlands, un réseau qui fait entrer en contact des jeunes avec la volonté d'avoir un impact, et par le biais duquel nous avons réfléchi à la façon dont nous pourrions prendre part de façon constructive à la Convention. 

J'ai le sentiment que ce réseau de jeunes nous a fait prendre conscience du caractère urgent de la conservation des zones humides et des actions pour le climat. C’était important de faire entendre ces voix. Je comprends comment fonctionne la Convention et je pense que cela a aidé les jeunes à comprendre les processus décisionnels. La Convention peut être un espace intimidant si on ne sait pas quand la parole est à nous.

Photo_EliseALLELYFERME

Elise Allély-Fermé

Directrice de la Conservation chez Pronatura México

En savoir plus
Sun Lili

Lili SUN

Fondatrice et la Présidente adjointe du conseil d’administration de la Mangrove Conservation Foundation (MCF),

En savoir plus
Lina-Pohl

Lina Pohl

Représentante de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au Mexique

En savoir plus
Sibylle  Vermont, Switzerlands.jpg

Sibylle Vermont

Cheffe suppléante de la section Affaires globales, Office fédéral de l’environnement Suisse

En savoir plus