Un nouveau Site Ramsar au cœur de Ouagadougou

Un nouveau Site Ramsar au cœur de Ouagadougou

1 février 2019
Burkina Faso

complexe_du_parc_urbain_bangr_-_weoogo_et_du_lac_des_trois_barrages.jpg

Complexe du Parc Urbain Bãngr – Weoogo et du lac des trois barrages

Le Burkina Faso a inscrit le Complexe du Parc Urbain Bãngr – Weoogo et du lac des trois barrages comme zone humide d’importance internationale (Site Ramsar n° 2367). Situé au cœur de Ouagadougou, le Site Ramsar a une superficie de 945 hectares et comprend deux zones connectées : le Parc Urbain Bãngr – Weoogo et les trois retenues et barrages de la ville.

Cette zone humide urbaine abrite une biodiversité remarquable dans des habitats divers, notamment la savane, des forêts et des mares. Le Site Ramsar comporte une forêt protégée qui est un point chaud de biodiversité végétale et un refuge pour différentes espèces d’animaux. La faune est surtout composée d’espèces introduites, notamment des tortues des genres Trionyx et Cyclanorbis et l’antilope rouanne Hippotragus equinus. Parmi les plantes menacées, il y a l’acajou du Sénégal ou caïlcedrat (Khaya senegalensis) et le karité (Vitellaria paradoxa).

Restauré et protégé, ce Site Ramsar est actuellement géré par la municipalité de Ouagadougou. C’est un lieu touristique qui reçoit environ 25 000 visiteurs par an et un centre de recherche scientifique et de formation où sont organisées plusieurs activités d’éducation à l’environnement ainsi que des programmes de formation pour les étudiants. Le Site Ramsar a aussi une valeur socio-culturelle car sa rivière (Kugri-suingo) est considérée sacrée et serait le refuge d’espèces animales sacrées.

Face à l’urbanisation rapide des environs du parc, la pollution par les déchets solides et liquides et le maraîchage affecte le site. Cependant, un plan de surveillance est appliqué pour maintenir les valeurs scientifiques et sociales ; il est axé sur les espèces de plantes et d’oiseaux et sur la qualité de l’eau.