Message de Martha Rojas Urrego Secrétaire générale de la Convention de Ramsar sur les zones humides à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau - 22 mars 2018

Message de Martha Rojas Urrego Secrétaire générale de la Convention de Ramsar sur les zones humides à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau - 22 mars 2018

20 mars 2018

6712_12800401_1736789843230927_7430180215356342018_n.jpg

Sustainable Development Goal 6 commits us to ensuring that everyone has access to safe water by 2030. In this context, wetlands are gaining global recognition for their important contribution in meeting this goal. Yet, more needs to be done.

En cette Journée mondiale de l’eau 2018, l’on ne saurait trop souligner l’importance des zones humides dans les efforts déployés pour relever les défis mondiaux de l’eau. Impossible en effet de parler de l’eau sans parler des zones humides. Elles nous fournissent l’eau que nous consommons et qui est indispensable à la production alimentaire et énergétique, et soutiennent nos moyens d’existence et notre économie. Filtrant les déchets et la pollution, elles sont les reins de la planète.  Pour ces fonctions parmi d’autres, tout aussi essentielles, la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides jouent un rôle central dans la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Les zones humides peuvent être des étendues d’eau douce comme les lacs, les cours d’eau, les marécages et les marais ou des milieux marins et côtiers comme les mangroves et les récifs coralliens. Elles disparaissent à un rythme sans précédent : depuis 1900, 64% des zones humides du monde ont été drainées, comblées et affectées à d’autres usages, essentiellement l’agriculture et l’infrastructure.

Résultat de ces pratiques non durables, l’accès à l’eau douce décline pour un à deux milliards d’êtres humains.  La population mondiale étant en expansion rapide, la demande mondiale d’eau ne cesse d’augmenter et l’on prévoit un écart de 40% dans l’approvisionnement d’ici à 2030.  Par ailleurs, parmi les cinq principaux risques mondiaux les plus probables et qui auront le plus d’impact, le monde des affaires a identifié une crise de l’eau et d’autres risques liés à l’eau telles que les catastrophes naturelles. Il faut agir de toute urgence pour renverser ces tendances.

L’Objectif de développement durable 6 nous engage à tout faire pour que chacun ait accès à de l’eau propre avant 2030. Pour leur contribution majeure à cet objectif, les zones humides attirent de plus en plus l’attention. Mais il y a encore beaucoup à faire. Il faut veiller à ce que les zones humides et les services écosystémiques liés à l’eau soient pleinement intégrés dans la gestion et la prise de décisions relatives à l’eau. Il faut accélérer, sans plus tarder, les mesures de conservation, gestion durable et restauration des zones humides comme éléments fondamentaux des stratégies de réalisation de l’ODD6, entre autres. Et pour cela, il faut gérer les zones humides de façon durable, de la source à la mer, adopter des lois et des mesures d’incitation économique intersectorielles, nouer les bons partenariats publics et privés et donner aux communautés locales les moyens de participer à la gouvernance de l’eau. 

La Convention de Ramsar est une plate-forme essentielle pour la réalisation de l’ODD6. Elle rassemble 170 pays et sert de cadre mondial pour la conservation et l’utilisation durable de toutes les zones humides. À ce jour, les Parties contractantes ont inscrit plus de 2300 Sites Ramsar – en d’autres termes, plus de 2 millions de kilomètres carrés de zones humides d’importance internationale sont protégés par la Convention de Ramsar.

Outre l’inscription de zones humides d’importance internationale, les Parties contractantes s’engagent à conserver et utiliser de façon rationnelle toutes leurs zones humides. Les Parties acceptent aussi de surveiller nos progrès et d’adapter nos réponses pour satisfaire aux ambitions de l’ODD6. Ainsi, les Parties à la Convention sur les zones humides se sont engagées à rendre compte de l’étendue de leurs zones humides à partir de 2018. Les données validées qui seront issues de cet effort permettront de surveiller l’état des zones humides du niveau national au niveau mondial et de mesurer les progrès d’application de l’ODD6 sur l’eau. La Convention publiera également les Perspectives mondiales pour les zones humides : État mondial des zones humides et de leurs services à l’humanité, à la prochaine session de la Conférence des Parties (COP13) qui aura lieu à Dubaï, en octobre 2018. Ce rapport prestigieux devrait galvaniser l’action en faveur des zones humides.

Célébrons la Journée mondiale de l’eau et, sur la voie qui mène à la COP13 de la Convention de Ramsar, créons la dynamique qui fera réaliser l’importance du rôle des zones humides pour donner accès à tous à de l’eau propre et encourager l’action en faveur de la conservation de ces écosystèmes vitaux.