Le Samoa inscrit son deuxième Site Ramsar

Le Samoa inscrit son deuxième Site Ramsar

9 octobre 2017
Samoa

samoa_olpp1.jpg

O Le Pupū Puē National Park

Le Samoa vient d’inscrire le Parc national O Le Pupū Puē, créé en 1978, premier parc national de la region du Pacifique Sud, sur la Liste des zones humides d’importance internationale.

Le site (Site Ramsar n° 2313) s’étend des points les plus élevés de l’île d’Upolu jusqu’aux falaises de lave déchiquetées de Le Pupū sur la côte méridionale de l’île. Il comprend deux marécages herbacés de montagne ainsi que des secteurs des rivières Mataloa et Vaalega, qui sont de bons exemples des écosystèmes de ce type au Samoa.

Le parc comprend de vastes parcelles de forêts dominées par des plantes indigènes et considérées comme les mieux préservées parmi les dernières forêts tropicales de l’île. On trouve dans le site une partie du bassin versant de Togitogiga,  la principale source d’eau de quatre villages, ainsi que des cascades qui sont une importante attraction touristique.

samoa_olpp2.jpg

O Le Pupū Puē National Park visitor center

Le site est une Zone importante pour la conservation des oiseaux ainsi qu’une des huit zones terrestres clés pour la biodiversité au Samoa. Les habitats divers abritent quatre des huit espèces d’oiseaux menacés au plan mondial que l’on trouve au Samoa, notamment le diduncule strigirostre (Didunculus strigirostris) en danger critique d’extinction et le méliphage mao (Gymnomyza samoensis) en danger, dont les populations ont connu un déclin marqué ces dernières années. On sait très peu de choses de la biodiversité des eaux douces du Samoa et il est probable que les écosystèmes d’eau douce du parc soient riches en biodiversité.

Plusieurs mesures de gestion ont été prises pour lutter contre l’expansion agressive de plantes envahissantes après les cyclones de 1990 et 1991 qui ont ravagé les forêts de plaine.