Le Malawi fait du Marais des éléphants son deuxième Site Ramsar

Le Malawi fait du Marais des éléphants son deuxième Site Ramsar

18 juillet 2017
Malawi

elephant_marsh.jpg

Elephant Marsh

Avec Le Marais des éléphants (Site Ramsar n° 2308), le Malawi compte maintenant deux sites sur la Liste des zones humides d’importance internationale. Situé dans la basse vallée de la Shire, dans le sud du Malawi, le site est une mosaïque de végétation de marécage enracinée, de flore flottante et d’eaux ouvertes bordées par des berges herbeuses et des roselières et ponctuées d’îles portant des roseaux, des arbustes et des palmiers.

C’est l’explorateur David Livingstone, en 1859, qui l’a nommé « Elephant Marsh » (le Marais des éléphants) pour y avoir dénombré 800 éléphants en une seule fois. Aujourd’hui, il n’y a plus d’éléphants mais le site accueille plus de 20 000 oiseaux d’eau. Environ 26 espèces d’oiseaux d’eau nichent dans la région et parmi eux, le crabier blanc (Ardeola idae) menacé, la grue caronculée (Bugeranus carunculatus) et la grue royale (Balearica regulorum). On y trouve aussi des populations d’hippopotames et plusieurs espèces de poissons et d’invertébrés aquatiques, notamment une sous-espèce nouvellement décrite de papillon, Colotis amata, qui se reproduit exclusivement sur les berges du lac où pousse l’arbuste à feuilles persistantes, Salvadora persica.

Elephant Marsh joue un rôle important car il maintient le régime hydrologique de la vallée en contrôlant les crues, stockant l’eau et produisant des sédiments riches en matières nutritives. Les différents types d’habitats associés dans le Marais et les changements qu’ils subissent  tout au long du cycle des crues expliquent la productivité globale du site et son importance pour la conservation des espèces résidentes et migratrices. Le braconnage et la coupe des derniers grands arbres bordant Elephant Marsh pourraient avoir des effets négatifs sur les groupes de la faune qui dépendent de ces habitats, comme les oiseaux d’eau qui s’y perchent et y nichent ou les mammifères qui y trouvent un refuge loin des terres environnantes cultivées et perturbées.