Trois nouveaux sites mexicains sur la Liste Ramsar

Trois nouveaux sites mexicains sur la Liste Ramsar

2 juin 2008
Mexique


Trois nouveaux sites mexicains sur la Liste Ramsar

On se rappellera que le 2 février 2008, Journée mondiale des zones humides, le Gouvernement mexicain a annoncé l’inscription de 45 nouveaux sites d’importance internationale. La préparation des documents scientifiques sur ces sites a progressé depuis lors grâce à Mila Llorens, Conseillère adjointe pour les Amériques ; 15 d’entre eux, dont les trois nouveaux sites annoncés aujourd’hui, figurent désormais sur la Liste Ramsar, et ce n’est qu’un début. Le Mexique, qui compte actuellement 82 sites sur la Liste Ramsar, occupe le deuxième rang, après le Royaume-Uni, pour le nombre total de sites, et prévoit 30 autres inscriptions sous peu. Voici la description préparée par Mila Llorens de ces trois nouveaux sites.

Arroyos y manantiales de Tanchachín. 02/02/08 ; San Luis Potosí ; 21°50'N 099°08'O. Situé dans la région de Huasteca, au sud-est de la Sierra Madre Oriental, ce site qui est alimenté par un grand nombre de cours d’eau et de sources, héberge des espèces de plantes et d’animaux spécialement protégées sur le plan national, telles la grenouille Lithobates berlandieri, le crocodile de Morelet Crocodylus moreletii, la buse noire Buteogallus anthracinus, la chauve-souris Myotis nigricans et le jaguar Panthera onca, qui est menacé d’extinction. On y trouve également des espèces endémiques au Mexique et menacées, comme l’iguane noir Ctenosaura pectinata, le serpent taureau Pituophis deppei et le viréo aux yeux blancs Vireo griseus. Ce site recèle en outre nombre d’espèces de plantes très importantes pour les communautés locales, telles que Cedrela mexicana (usage artisanal et bois précieux), Sabal mexicana (usage domestique pour la construction de toits), Acacia farnesiana (fabrication de clôtures), Quercus oleoides (usage domestique comme combustible), Persea americana, Manilkara zapota et Diospyros digyna (source de nourriture). Les principales formes d’utilisation des sols – l’agriculture (surtout la canne à sucre) et l’élevage – sont aussi les menaces les plus graves qui pèsent sur le site. Site Ramsar No 1766. FDR la plus récente : 2008.

Balandra. 02/02/08 ; Baja California Sur ; 449 ha ; 24°19'N 110°20'O. Cette zone humide côtière du golfe de Californie possède le plus vaste écosystème de mangrove dans la baie de La Paz avec, antre autres, trois des quatre espèces de mangrove du Mexique : Rhizophora mangle, Avicenia germinans et Laguncularia racemosa. Situé dans la région biogéographique néarctique, caractéristique de l’Amérique du Nord, ce site offre une aire de reproduction à des oiseaux migrateurs et résidents tels le pélican Pelicanus occidentales, l’aigle pêcheur Pandion haliaetus, la frégate superbe Fregata magnificens et l’aigrette bleue Egretta caerulea. L’espèce de reptile dominante est l’iguane du désert Dipsosaurus dorsalis, et la plus abondante le callisaurus à queue zébrée Callisaurus draconoides, également considérée comme menacée. Ce site est l’un des plus riches du monde en mammifères marins, et compte des espèces de cétacés comme le rorqual commun Balaenoptera physalus, le baleinoptère de Bryde Balaenoptera edeni, la baleine à bosse Megaptera novaeangliae et la baleine grise Eschrichtius robustus. On y a signalé la présence de 7 des 11 espèces de baleines à dents. Parmi ses principales valeurs hydrologiques figurent la stabilisation des littoraux, la protection contre les tempêtes et la rétention des sédiments et des nutriments. La zone de Balandra est très prisée pour les activités de plein air, notamment la pêche artisanale de bivalves et de poissons. Site Ramsar No 1767. FDR la plus récente : 2008.

Zona Sujeta a Conservación Ecológica El Gancho - Murillo. 02/02/08 ; Chiapas ; 4643 ha ; 14º37'N 092º18'O. Située dans la province physiographique des plaines côtières du Pacifique, cette zone humide de plus de 280 km de long, adjacente au littoral pacifique, s’étend de l’État d’Oaxaca jusqu’au Guatemala. Elle présente une superficie compacte de mangroves, de massettes, de palmeraies, de forêts tropicale décidue et de zones de végétation plus ou moins développées. Elle est principalement composée de mangroves, avec une prédominance de palétuviers rouges (Rhizophora mangle) et blancs (Laguncularia racemosa). Les espèces de faune suivantes y ont été observées : l’ocelot Felis pardales, le margay Felis wiedii, la tortue de Ridley Lepidochelys olivacea (menacée d’extinction). Parmi les espèces menacées d’extinction, on mentionnera le tamandua Tamandua mexicana, le grand héron Ardea herodias et le caïman Caiman crocodylus fuscus qui bénéficie d’une protection spéciale. Les principales utilisations des sols sont l’agriculture, la pêche de rivière et la pêche aux crevettes, ainsi que l’élevage. Les plages attirent de nombreux touristes qui pratiquent, entre autres, la pêche sportive, la natation, la navigation de plaisance et le camping. Site Ramsar No 1772. FDR la plus récente : 2008.