Le Cameroun adhère à la Convention sur les zones humides

Le Cameroun adhère à la Convention sur les zones humides

7 avril 2006
Cameroun

Le Secrétariat a le grand plaisir d’annoncer que le Cameroun a rejoint la grande famille Ramsar, devenant ainsi la 151e Partie à la Convention sur les zones humides amendée par le Protocole de Paris (1982) et les Amendements de Regina (1987). La Convention entrera en vigueur au Cameroun quatre mois après le dépôt de son instrument d’adhésion auprès de l’UNESCO, c’est-à-dire le 20 juillet 2006.

La première zone humide d’importance internationale désignée par cette nouvelle Partie, comme l’exige la Convention, est la célèbre plaine inondable du Waza Logone (600 000 hectares, 11°38'N 014°37'E). Ce site, qui englobe deux parcs nationaux et une réserve de la biosphère de l’UNESCO, couvre la totalité de la plaine inondable du bas-Logone, à l’extrême Nord du Cameroun, entre le Nigéria et le Tchad, dans le bassin du lac Tchad, entre les lacs Maga et Tchad. Cette région, qui représente environ 10% de la superficie des principales zones humides continentales du Sahel ouest-africain, compte plus de 100 000 habitants tributaires des produits des zones humides pour la pêche, le pâturage saisonnier et l’agriculture. En 2001, plus de 320 000 oiseaux d’eau appartenant à 104 espèces ont été recensés dans ce site, qui présente une grande concentration de faune sauvage, surtout dans les parcs, y compris des grands mammifères comme l’éléphant, la girafe et le lion, des autruches, et bien d’autres espèces. Deux décennies de faibles précipitations et la construction du barrage de Maga en 1981m destiné à irriguer les rizières, ont gravement perturbé les caractéristiques écologiques de la plaine d’inondation. Un vaste projet de restauration a été lancé en 1988, et les excellents résultats de la collaboration entre l’UICN, les Gouvernements camerounais et néerlandais et le CML de l’université de Leiden, avec la contribution d’autres institutions telles que le WWF et la CE, témoignent de la faisabilité de la restauration partielle de la plaine inondable.

Le Programme mondial pour l’eau douce du WWF a apporté un soutien précieux au Gouvernement camerounais en l’aidant à rassembler les données sur ce nouveau site, à fournir lors de l’adhésion à la Convention. Pour en savoir plus sur le projet de restauration, voir Paul Loth, ed., The return of the water: restoring the Waza Logone floodplain in Cameroon. IUCN Wetlands and Water Resources Programme, Blue Series. IUCN, 2004.