La Chine inscrit huit nouveaux Sites Ramsar

La Chine inscrit huit nouveaux Sites Ramsar

17 août 2018
Chine

inner_mongolia_grand_khingan_hanma_wetlands.png

Inner Mongolia Grand Khingan Hanma Wetlands

La Chine a inscrit huit nouvelles zones humides d’importance internationale couvrant plus de 2,8 millions d’hectares. La Chine a maintenant 57 Sites Ramsar d’une superficie totale de plus de 6,9 millions d’hectares.

Ces sites exceptionnels sont source d’avantages et de services d’importance critique pour l’homme et la nature. Points chauds de la biodiversité, ils offrent un habitat à de nombreuses espèces endémiques et menacées, notamment des espèces en danger critique d’extinction comme le pangolin à queue courte ou pangolin de Chine (Manis pentadactyla), l’esturgeon chinois (Acipenser sinensis), et des oiseaux tels que le fuligule de Baer (Aythya baeri), la grue de Sibérie (Grus leucogeranus) et le bruant auréole (Emberiza aureola). Ce sont aussi des sites d’hivernage, de nidification et de repos pour une grande diversité d’oiseaux migrateurs.

shandong_jining_nansi_lake.png

Shandong Jining Nansi Lake

Tibet Selincuo Wetlands (Site Ramsar no. 2352) avec une élévation moyenne de 4700 mètres, est un écosystème de zones humides alpin représentatif, illustrant des caractéristiques rares et uniques des zones humides alpines de la planète. Le site joue un rôle capital pour le maintien de la biodiversité et c’est aussi une halte et un lieu de nidification importants pour de nombreux oiseaux d’eau.

Shandong Jining Nansi Lake (Site no. 2346) est le plus grand lac d’eau douce du nord de la Chine. Les milieux aquatiques comprennent les lacs de Weishan, Nanyang, Dushan et Zhaoyang, un milieu naturel unique. Avec ses cours d’eau et ses vastes étendues d’eaux ouvertes et de marais, le site entretient une flore et une faune très diverses.

Heilongjiang Youhao Wetlands (Site no. 2353). S’étendant sur les versants nord et sud de la chaîne du Petit Khingan, dans le nord-est de la Chine, le site est un écosystème de zones humides boisé typique de la région montagneuse du nord. Le site est important pour la protection de plantes et d’animaux rares.

gansu_yanchiwan_wetlands.jpg

Gansu Yanchiwan Wetlands

Les sites comprennent des tourbières qui jouent un rôle essentiel pour le stockage du carbone et, partant, l’atténuation des changements climatiques. Sichuan Changshahongma Wetlands (Site Ramsar no. 2348), un site de haute altitude, à l’extrémité sud-est du plateau du Qinghai-Tibet, abrite une vaste tourbière qui s’est développée dans le climat alpin humide et qui est un important puits de carbone.

Jilin Hani Wetlands (Site no. 2350), dans le nord-est du massif de Changbai, comprend surtout des tourbières boisées et non boisées. Le site est un des puits de carbone les plus importants de la région biogéographique.

Ces sites jouent aussi un rôle crucial pour la gestion de l’eau. Gansu Yanchiwan Wetlands (Site no. 2347), sur les hautes terres arides et froides où le plateau intérieur de Mongolie touche aux monts Qilian occidentaux, sont la seule source d’eau pour trois centres de population. Tout en préservant la diversité biologique et génétique locale, le site contribue au maintien de la nappe phréatique, à la maîtrise des crues et à la prévention de la désertification dans les zones situées en aval.

hubei_wang_lake.jpg

Hubei Wang Lake

Hubei Wang Lake (Site Ramsar no. 2349) est un écosystème de zones humides complexe, avec des lacs intérieurs peu profonds, des marais inondés et des cours d’eau permanents, situé entre les montagnes Mufu et Dabie au centre de la Chine. L’eau des pentes montagneuses se déverse dans la zone humide qui est, en conséquence, un important système tampon pour les crues du Yangtze et de la rivière Fu.

Inner Mongolia Grand Khingan Hanma Wetlands (Site no. 2351), est une des régions de forêts de conifères tempérées les mieux préservées de Chine, dominée par des marais, des cours d’eau et des lacs. Les zones humides étaient parmi les 51 réserves pilotes de Chine en 2006 et font partie du Réseau mondial des réserves de biosphère de l’UNESCO depuis 2015.