Le nouveau Site Ramsar du Myanmar, dans le delta de l’Irrawaddy, protégera les communautés côtières contre les tempêtes

Le nouveau Site Ramsar du Myanmar, dans le delta de l’Irrawaddy, protégera les communautés côtières contre les tempêtes

2 février 2017
Myanmar

meinmahla_kyun_wildlife_sanctuary_zau_lunn_2015.jpg

Meinmahla Kyun Wildlife Sanctuary

JOURNÉE MONDIALE DES ZONES HUMIDES, 2 FÉVRIER 2017 – Les spécialistes de la conservation du Myanmar ont une raison spéciale de célébrer la Journée mondiale des zones humides car l’estuaire de Meinmahla Kyun, le dernier grand site de mangroves et de vasières du delta de l’Irrawaddy, est officiellement inscrit, aujourd’hui, sur la Liste des zones humides d’importance internationale de la Convention de Ramsar sur les zones humides.

L’inscription de Meinmahla Kyun sur la Liste de Ramsar marque l’engagement du Gouvernement du Myanmar à protéger les écosystèmes côtiers, y compris les mangroves, les vasières et les plages de ponte des tortues.

Selon M. U Nyi Nyi Kyaw, Directeur général du Département des forêts et Chef de l’Autorité administrative Ramsar du Myanmar : « Le nouveau Site Ramsar ne protégera pas seulement le dernier estuaire de mangroves important du delta de l’Irrawaddy qui abrite la plus grande population de crocodiles du Myanmar, mais aussi le delta contre les ondes de tempête causées par les cyclones. »

« Le Département des forêts, avec l’appui de Fauna & Flora International (FFI), a inscrit un Site Ramsar qui couvre les mangroves de l’île de Meinmahla et l’estuaire voisin, ainsi que des sites de nourrissage et d’alevinage importants pour les pêcheries, protégeant également les communautés côtières contre les tempêtes. Le site comprend aussi des vasières d’importance mondiale pour la conservation – en particulier pour les limicoles menacés » déclare Frank Momberg, Directeur du programme de la FFI pour le Myanmar.

L’exploitation des ressources à l’intérieur et aux environs de Meinmahla Kyun, associée aux effets du cyclone Nargis, a entraîné un déclin marqué de la couverture de mangroves. Selon Zau Lunn, expert de la FFI pour la conservation marine et côtière, le principal problème est la demande en bois de feu des villageois des environs. « Seul un programme intégral de protection des mangroves et de restauration, de distribution de fourneaux économes en bois et la fourniture de sources d’énergie de substitution (p. ex., le séchage du poisson à l’énergie solaire) peuvent empêcher toute nouvelle dégradation des mangroves. »  

Malgré ces graves menaces, Meinmahla Kyun abrite la plus grande population mondiale de l’espèce de mangrove Sonneratia griffithii en danger critique d’extinction, et plus de 20 espèces d’animaux menacés, notamment la tortue fluviale indienne (Batagur baska) en danger critique d’extinction, le cuon alpin (Cuon alpinus) en danger, l’orcelle de Cochinchine (Orcaella brevirostris) et le marabout chevelu (Leptoptilos javanicus), tous deux vulnérables.  

Parmi les espèces d’oiseaux migrateurs menacés que l’on trouve dans la région, il y a le bécasseau spatule (Calidris pygmaea) en danger critique d’extinction et le chevalier tacheté (Tringa guttifer) et le bécasseau de l’Anadyr (Calidris tenuirostris), tous deux en danger, ce qui fait que ce Site Ramsar est important pour la conservation des oiseaux de rivage de toute la voie de migration australasienne.

Avec plus de 30 villages dont les habitants vivent dans la pauvreté autour de l’estuaire de Meinmahla Kyun, le Département des forêts et Fauna & Flora International espèrent que la reconnaissance internationale conférée par la Liste de Ramsar attirera un financement additionnel pour améliorer les conditions de vie tout en protégeant et restaurant les mangroves et leurs valeurs de biodiversité uniques.

Fauna & Flora International remercie la Banque de développement KfW qui, par l’intermédiaire du ASEAN Centre for Biodiversity et dans le cadre du Programme des parcs du patrimoine de l’ASEAN et de la Fondation Manfred Hermsen, a fourni un appui financier à la conservation de Meinmahla Kyun.