Étude de cas zones humides et tourisme: Philippines - Tubbataha

Le Parc naturel du récif de Tubbataha possède quelques-uns des plus beaux récifs coralliens du monde. Émergeant des profondeurs volcaniques de la mer de Sulu, à l’ouest des Philippines, ces atolls magnifiques sont au cœur du Triangle de corail, un centre mondial de la biodiversité marine. Ce Parc comprend 10 000 hectares de récifs coralliens qui abritent environ 360 ​​espèces de coraux, c’est-à-dire près de la moitié de toutes les espèces de coraux connues dans le monde. Il accueille également quelque 600 espèces de poissons, 12 espèces de requins, 13 espèces de dauphins et de baleines, et plus de 100 espèces d'oiseaux, et sert de site de nidification aux tortues imbriquées et aux tortues vertes.

Philippines – Tubbataha
©Tubbataha Management Office

Parce qu’il constitue une source majeure de larves de coraux et de poissons, le récif de Tubbataha joue un rôle fondamental dans le maintien de la productivité et des ressources marines de l’ensemble de la mer de Sulu, partant, des moyens d’existence et de l’approvisionnement alimentaire.

Le Parc a été créé en 1988, suite à une campagne vigoureuse menée par les plongeurs et les écologistes, avec l'aval du gouvernement provincial de Palawan. Premier parc national marin des Philippines, il figure sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1993 et sur la Liste Ramsar des zones humides d'importance internationale depuis 1999.

Le tourisme joue un rôle important dans Parc de Tubbataha en fournissant des revenus nécessaires pour la gestion du parc, et en aidant à sensibiliser le public et à le mobiliser en faveur de la conservation des récifs. Des visiteurs viennent du monde entier pour découvrir la beauté naturelle de Tubbataha et profiter des possibilités de plongée uniques de cette région. Ciel dégagé, mer plate et excellente visibilité sous-marine (30 à 45 mètres) sont autant de conditions idéales pour la plongée durant la saison de plongée, qui va de mars à juin.

Le seul accès aux récifs se fait par les bateaux de plongée basés à Puerto Princesa, dans la municipalité de Cagayancillo, à une heure de vol de Manille, et environ 90 miles nautiques du nord des récifs. Les bateaux de plongée mettent environ 10 heures pour rejoindre le Parc par la mer.

Situé dans la municipalité de Cagayancillo, le Parc est supervisé par le Conseil de gestion de l’aire protégée de Tubbataha (TPAMB), composé de 19 membres provenant des autorités locales et nationales et du secteur privé. Le Bureau de gestion de Tubbataha (TMO), l’organe exécutif du TPAMB, se charge de l'administration courante du Parc.

Le TPAMB a pour objectif d’assurer la conservation et la protection efficaces et durables des ressources marines et terrestres du Parc. Dans le cadre du Plan de gestion 2011-2021 du Parc naturel du récif de Tubbatah, les seules activités autorisées sont le tourisme et la recherche : les activités touristiques sont gérées et réglementées de façon à assurer la viabilité à long terme du Par et l'autorégulation est encouragée auprès des exploitants de bateaux de plongée.

Les visiteurs du Parc doivent s’acquitter d’une taxe de conservation de PHP 3000 (environ USD 60) et bénéficient d’une réduction de 50% s’ils effectuent plusieurs visites au cours de la saison. Ces recettes sont utilisées pour la gérer, entretenir et renforcer les différentes activités de gestion du site qui vont de l'application des lois aux campagnes d'éducation, en passant par la formation des gardes.


Philippines – Tubbataha
©Tubbataha Management Office
 

Afin de protéger ses récifs, le Parc a établi des règlements sur la plongée à Tubbataha, que tous les opérateurs de plongée et les plongeurs sont tenus de respecter. En outre, le site web du Parc offre des conseils sur les meilleures pratiques de plongée – dans les langues les plus couramment parlées par les visiteurs – afin de réduire au minimum les impacts sur les récifs. Dans le cadre de l’application de ses règlements de plongée, le Parc collabore avec les exploitants de bateaux et les voyagistes pour encourager l'autorégulation et garantir la présence, à chaque sortie, d’au moins un maître/guide de plongée accrédité, basé à Palawan (de préférence natif de cette île).

Philippines – Tubbataha
©Yvette Lee 2009

Les exploitants de bateaux de plongée de la région ont également créé une association pour traiter des questions de sécurité et de gestion de crise en mer, et pour rationaliser la coopération entre eux et avec le Parc. Ce dernier coopère avec cette association et exigera à l'avenir que les opérateurs de plongée souhaitant avoir accès au Part adhèrent à l’association. Le Parc organise également chaque année des séminaires et des séances d'information auxquels les opérateurs et les guides sont tenus d'assister pour obtenir une autorisation d’entrée dans le Parc. Afin de garantir que l’ensemble des exploitants de bateaux de plongée respectent des normes élevées dans tous les domaines, y compris la protection des récifs, le ministère du Tourisme devrait exiger qu’ils obtiennent l’agrément de la Commission gouvernementale de surveillance des sports de plongée.

Le zonage est utilisé dans le Parc pour séparer les activités qui pourraient être conflictuelles et protéger les zones nécessitant une conservation permanente. Par exemple, la plongée (sous-marine ou avec masque et tuba) n’est pas autorisée dans les lagons de l’atoll nord et de l’atoll sud qui abritent des espèces et des habitats particulièrement vulnérables aux perturbations.

Le Parc doit face à plusieurs menaces, notamment l'exploitation illégale d’espèces protégées, la pêche illégale, les dommages causés aux coraux dans les années 1990, une infestation d’étoiles de mer tueuses (acanthasters), décelée en 2007, ainsi que des volumes grandissants de débris marins qui causent de graves préjudices aux oiseaux de mer et à la vie marine du Parc. Le Parc s’emploie à lutter contre ces menaces en maintenant des patrouilles de surveillance, en contrôlant les populations d’acanthasters et en organisant des opérations régulières de nettoyage des eaux côtières et de surface pour recueillir les débris marins et assurer leur élimination appropriée en dehors du parc.

Le programme de sensibilisation à la conservation axé sur les enfants, les communautés de pêcheurs et le secteur privé constitue un élément important de la stratégie du Parc, notamment en permettant de mobiliser des appuis en faveur de la conservation et de l’intendance du milieu marin. Son programme de gestion durable des ressources couvre, quant à lui, la conservation de la biodiversité et la productivité marine dans la municipalité de Cagayancillo.

Philippines – Tubbataha
©Aaron Wong 2010

Dix pour cent des taxes de conservation payées par les visiteurs du récif de Tubbataha vont à des initiatives portant sur les moyens d’existence à Cagayancillo, notamment des projets locaux visant à tirer un revenu du tourisme. La part annuelle des recettes touristiques allouée à la municipalité est allée au mécanisme local de micro-crédit qui procure des capitaux aux cultivateurs d'algues et autres entrepreneurs. Pour préparer la communauté à accueillir des touristes, les habitants sont encouragés à élaborer des produits touristiques dans leur localité, apprennent à préparer des plats et des aliments, suivent une formation de guides, et acquièrent des notions de base en gestion financière. Le TPAMB apporte à la municipalité de Cagayancillo un appui technique et autre pour qu’elle soit à même d’assurer la gestion des ressources marines et des réserves marines locales, y compris par des activités de planification et de lutte contre la pêche illégale, et par le zonage des différentes activités, par exemple, les cultures d’algues, les cages à poissons et les zones de pêche. Une augmentation de la productivité marine et des prises peut contribuer à élever le niveau de vie des populations locales et à réduire les pressions de la pêche sur le Parc et autres sites de conservation. L'expérience des Philippines a, par exemple, montré que le fait de créer des réserves marines gérées localement permet d’accroître considérablement le volume des prises pour les communautés locales, souvent en l’espace de trois ans.

Le Parc mène en outre des activités de recherche et de surveillance des écosystèmes, y compris dans des sites de comparaison situés en dehors du parc, afin d'améliorer la compréhension des ressources biologiques et des processus écologiques du Parc, d’anticiper les problèmes potentiels et d’éclairer la prise de décisions.


Philippines – Tubbataha
©Teri Aquino

Le Parc collabore étroitement avec le ministère philippin du Tourisme à la commercialisation de Tubbataha au plan international. Conscient de l'importance du tourisme pour le Parc, tant comme source de recettes pour la conservation, que comme source de revenus et d’emploi pour les communautés locales, le TPAMB cherche également à diversifier le tourisme à l’intérieur du Parc. Il envisage aussi d'ouvrir le parc et les zones avoisinantes à d'autres sports nautiques comme la plongée libre, le kayak, le kite surf ou la planche à voile. Un tel projet exige, d’une part, une évaluation rigoureuse des impacts de ces activités sur les écosystèmes fragiles des récifs et sur les espèces et les habitats de surface et, d’autre part, des nouveaux principes directeurs pour la réglementation de telles activités, notamment en ce qui concerne le zonage.

Le Parc encourage déjà les activités orientées davantage vers la nature, telles que l'observation des oiseaux, des dauphins et des baleines, et l'observation des récifs à partir de bateaux à fond de verre. Ces nouvelles activités devraient générer des revenus supplémentaires pour le Parc et permettre aux visiteurs de se faire une idée plus juste du milieu marin. Elles devraient également ouvrir de nouvelles possibilités d’emploi local, sachant que le Parc contribue à la formation de guides locaux pour ces activités.


>> Lien vers une étude de cas en format PDF: Philippines - Tubbataha
>> Lien vers la Liste annotée de Ramsar: Philippines
>> Lien vers des sites de l’UNESCO qui sont également des sites Ramsar

Sources:
Informations fournies par Ma. Thérèse R. Aquino/Angelique M. Songco, Tubbataha Management Office (TMO)

Rosales, RMP. 2006. Estimating Appropriate Fines for Ship Grounding in Tubbataha Reef National Marine Park.

Nipas Act. R.A. No. 7586 and Implementing Rules and Regulations.  DAO 25, s 1992. DENR

NOAA. 1996. Florida Keys National Marine Sanctuary. Final Management Plan/Environmental Impact Statement.

TMO Records

TRNP Act of 2009 (Republic Act 10067)

TRNP Business Plan

TRNP Management Plan 2011

http://whc.unesco.org/en/list/653

White, A. and Y. Arquiza. 2000. Tales from Tubbataha. 2nd Ed. The Bookmark, Inc., Philippines

www.tubbatahareef.org




Le Secrétariat Ramsar a sélectionné 14 études de cas pour une publication sur les zones humides et le tourisme durable qui sera lancée à la 11ème Conférence des Parties contractantes en juillet 2012.

Back to top
Suivez-nous sur :      
Prix Ramsar

Infos - Sites Ramsar

 

Les zones humides nous relient les uns aux autres

La Convention aujourd'hui

Nombre de » Parties contractantes : 168 Sites sur la » Liste des zones humides d'importance internationale : 2187 Surface totale des sites désignés (hectares) : 208.608.257

Secrétariat de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suisse
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail : ramsar@ramsar.org
Carte : cliquez ici

Devenez membre du Forum Ramsar

Reconnaissance

La rénovation du site Ramsar a été rendue possible grâce au groupe Danone