Étude de cas zones humides et tourisme: Vietnam: Ba Be

La Parc national de Ba Bê (PNBB) a été créé pour protéger le lac de Ba Bể, un lac d'eau douce, et ses forêts environnantes de plaines calcaires à feuillage persistant. D'une grande richesse, la diversité biologique de la région renferme 65 espèces de mammifères, comme l'ours noir d'Asie, deux espèces d'écureuils volants et 27 espèces de chauves-souris. On a également recensé plus de 230 espèces d'oiseaux et 350 espèces de papillons à l'intérieur du parc.

Jeunes fille Tay en bateau sur le Lac Ba Be, © Le Parc national de Ba Be

Le lac de Ba Bê et l'un des rares lacs de la région à contenir de l'eau tout au long de l'année. Il exerce de ce fait un important effet tampon et permet de réguler les inondations pendant la saison des pluies et de maintenir le débit de la rivière Nang pendant la saison sèche. Le lac en soi a une profondeur moyenne d'environ 20 mètres et une longueur de près de 8 kilomètres; sa largeur varie de 500 à 700 mètres.  

La beauté du lac et de son paysage calcaire karstique alentour en fait une importante attraction touristique de la province de Bac Kan, au nord-est du Vietnam. Les excursions, les promenades en bateau sur le lac de Ba Bê, l'observation des oiseaux, la découverte de la grotte Puong (qui abrite 18 espèces de chauves-souris), la visite des chutes de Dau Dang et la découverte de la culture et des festivals autochtones des villages traditionnels à l'intérieur et en lisière du parc sont autant d'activités touristiques très prisées.

Le parc accueille plus de 24 000 visiteurs par an, dont environ 85% de résidents vietnamiens et 15% d'étrangers. Si les incidences néfastes du tourisme sont globalement faibles, le carburant nécessaire pour propulser le nombre sans cesse croissant de bateaux de plaisance sur le lac contribue à la pollution de l'eau; c'est également le cas des déchets qui ne sont pas correctement collectés et traités par les infrastructures touristiques. Cette situation nuit aux espèces aquatiques et aux oiseaux ainsi qu'aux petits mammifères et primates qui peuplent les rives du lac; ces espèces sont également perturbées par la pollution sonore que génèrent les activités touristiques. Pour remédier à ces problèmes, le parc incite à renoncer aux moteurs diesel qui équipent actuellement les bateaux au profit de moteurs plus respectueux de l'environnement et encourage les populations locales à utiliser leurs propres embarcations traditionnelles en bois.

Le parc est divisé en trois zones fonctionnelles entourées d'une zone tampon. Une Zone strictement protégée vise à surveiller les successions de forêts naturelles et seules les activités de patrouille le long de ses pistes y sont autorisées. Une Zone de réhabilitation écologique a également été créée pour aider à la restauration et à la régénération des forêts; seules quelques activités et installations touristiques y sont permises. Enfin, la Zone de services et d'administration abrite les installations liées à la gestion du parc, notamment le siège du parc, des lieux de vie, des terrains de recherche et d'expérimentation et des espaces réservés aux activités de tourisme et de loisirs.  

Les ressources du PNBB jouent un rôle vital s'agissant des moyens de subsistance des familles qui vivent dans le par cet en périphérie, dans la zone tampon. Les forêts leur servent à se procurer du bois de chauffage et du petit bois et à satisfaire d'autres besoins, tandis que la chasse d'animaux sauvages et la pêche dans le lac, les rivières et les cours d'eau contribuent à une très grande partie de leurs moyens de subsistance. La valeur totale des ressources utilisées par les communautés locales à l'intérieur des zones centrales et tampons du Parc national est estimée à 6 milliards de dong (VND) par an – soit près de 3,25 millions de VND par an et par foyer (l'équivalent d'environ 158 USD en avril 2012).

Les activités touristiques liées au lac offrent également d'importantes opportunités d'emploi aux populations locales qui peuvent par exemple proposer des excursions en bateau, des séjours chez l'habitant et des services de guide ou de restauration. En outre, le tourisme aide à préserver et à enrichir la culture autochtone par le biais notamment de spectacles artistiques, de festivals traditionnels et de produits d'artisanat.

Les retombées économiques en faveur des communauté locales peuvent être substantielles: à titre d'exemple, le tarif d'une troupe pour l'exécution d'un spectacle varie de 500 000 à 1 200 000 VND (de 24 à 60 USD), celui d'une excursion en bateau est de 500 000 VND et celui d'un séjour chez l'habitant est d'environ 70 000 VND par personne et par nuit. Dix-huit familles proposent d'accueillir des hôtes (10 à Bo Lu et 8 dans le village de Pac Ngoi). En 2011, le revenu moyen annuel par foyer d'un séjour chez l'habitant s'élevait à 40 millions de VND à Bo Lu et à 25 millions VND à Pac Ngoi. Quatre-vingt-trois foyers proposent des services de transport en bateau si bien que chaque famille peut retirer 800 000 VND par mois de cette activité.

Néanmoins, compte tenu des écarts en termes de main d'œuvre disponible, de capital et de capacités d'investissement, seul un faible pourcentage des communautés peuvent tirer en bénéfice direct du tourisme. Face à cette situation, une Coopérative de gestion du lac de Ba Bê a été créée dans l'objectif d'accroître les retombées touristiques sur le plan de l'emploi et de l'économie à l'échelle locale, par exemple en offrant une formation aux foyers qui proposent des séjours chez l'habitant ou des services de restauration et en reversant les frais de service perçus en faveur du budget public local.

Le Comité de gestion du PNBB a créé et assure la gestion d'un centre d'accueil des visiteurs, d'un petit hôtel de 55 chambres et de deux restaurants situés dans la Zone de services et d'administration du parc. Ces activités permettent de dégager des recettes annuelles d’environ 670 MVN et, après paiement des taxes, le solde est réinvesti dans le parc. Il existe également 21 pensions de famille communautaires et deux boutiques de souvenirs dans le village. D'autres installations touristiques ont été créées grâce à des investissements en coentreprises ou sont gérées par les habitants ou les entreprises publiques qui en sont propriétaires.

Lac Puong, l’un des sites de tourisme les plus connus de Ba Be
© Le Parc national de Ba Be

Le district demande aux visiteurs du parc un droit d'entrée de 20 000 VND par personne (1 USD = 20 600 VND en avril 2012), ce qui rapporte 413 millions de VND par an (20 050 USD). Trente pour cent de ces recettes sont reversées au Parc national et servent aux activités d'assainissement de l'environnement et à l'entretien des sites touristiques tandis que les 70% restants sont versés au budget public local. Plusieurs autres frais et impôts sont collectés et conservés par les autorités au niveau de la commune, du district et de la province en rapport avec l'exploitation d'embarcations pour touristes sur le lac de Ba Bê Lake et avec les séjours chez l'habitant proposés par les agriculteurs de la région.

Le Comité de gestion du parc national de Ba Bê assure les travaux de gestion quotidienne du parc. Il est placé sous la supervision du Comité populaire de la province de Bac Kan et sous la surveillance technique du Département de la protection des forêts du ministère de l'Agriculture et du Développement rural. Dans le cadre de ses activités de gestion, de Comité de gestion est tenu de collaborer et de faire rapport à d'autres organismes provinciaux sur différents thèmes. Il est par exemple en lien avec le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (s'agissant de la protection des forêts et du développement), avec le ministère des Finances (finances et comptabilité), avec le ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme (activités touristiques), avec le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement (gestion des ressources naturelles), avec le ministère de l'Investissement et de la Planification (travaux de planification), avec le ministère de l'Intérieur (gestion du personnel) et avec le Trésor public (dépenses et recettes).

Le parc est placé sous la supervision directe du Département de la protection des forêts du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, du Comité de gestion du Parc national de Ba Bê et du Comité populaire de la province de Bac Kan, du département de la province de Bac Kan en charge de la culture, du sport et du tourisme et des autorités communales locales.

Le tourisme et les revenus qu'il génère contribuent à sensibiliser les entreprises touristiques, les communautés locales et les autorités à la valeur de la conservation du parc national de Ba Bê. Le parc a élaboré et adopté un plan de gestion des zones humides pour la période 2011-2015 et travaille également dans le cadre du Plan directeur pour le développement du tourisme de la province de Bac Kan pour la période 2010-2020. Le plan de gestion des zones humides prévoit des programmes de travail sur la gestion et la protection de la biodiversité et des activités de recherche scientifique, ainsi qu'un programme sur l'écotourisme.

Le Comité de gestion du Parc national mène des activités de promotion du parc, notamment au moyen de publicités dans les médias; il conçoit et distribue également des brochures et des dépliants sur le parc. Le statut de Zone humide d'importance internationale dans le cadre de la Convention de Ramsar dont bénéficie le parc est mis en avant dans ces supports promotionnels.


>> Lien vers une étude de cas en format PDF: Vietnam - Ba Be
>> Lien vers la Liste annotée de Ramsar:
Vietnam
>> Lien vers des
sites de l’UNESCO qui sont également des sites Ramsar

Sources:
 
Information fournies par Nguyen Duc Tu, UICN Vietnam, et Nong The Dien, Directeur du parc national de Ba Bê

Rapports annuels du Ba Bê National Park

Rapports statistiques annuels de la Province de Bac Kan

Fiche descriptive Ramsar sur Ba Bê

Web: www.backan.gov.vn

Le Secrétariat Ramsar a sélectionné 14 études de cas pour une publication sur les zones humides et le tourisme durable qui sera lancée à la 11ème Conférence des Parties contractantes en juillet 2012.

Back to top
Suivez-nous sur :      
Prix Ramsar

Infos - Sites Ramsar

 

Les zones humides nous relient les uns aux autres

La Convention aujourd'hui

Nombre de » Parties contractantes : 168 Sites sur la » Liste des zones humides d'importance internationale : 2187 Surface totale des sites désignés (hectares) : 208.608.257

Secrétariat de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suisse
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail : ramsar@ramsar.org
Carte : cliquez ici

Devenez membre du Forum Ramsar

Reconnaissance

La rénovation du site Ramsar a été rendue possible grâce au groupe Danone