Étude de cas zones humides et tourisme: Australie - Kakadu

Kakadu fait partie d’un ensemble de parcs nationaux situés dans le « Top End », l’extrémité septentrionale du Territoire du Nord, en Australie. D’une superficie de près de deux millions d’hectares (20 000 km²), le parc se trouve dans la région d’Alligator Rivers et s’étend de la côte septentrionale aux collines et bassins méridionaux, 150 km plus au sud. Kakadu englobe une culture aborigène vivante, des paysages naturels extraordinaires et une très grande variété d'espèces animales et végétales, ainsi que des sites archéologiques et d’art rupestre, autant de joyaux qui bénéficièrent d’une reconnaissance internationale en 1981 lors de la première inscription (par la suite étendue) du parc sur la Liste du patrimoine mondial en raison de ses valeurs naturelles et culturelles.

Kakadu, paysage culturel vivant et patrie des peuples aborigènes depuis plus de 50’000 ans.
Credit: ©Peter Eve, Tourism NT

Le parc de Kakadu se compose de très nombreux types de zones humides allant de zones humides boisées intertidales et de vasières à des marais d'eau douce saisonniers et des étangs d'eau douce permanents. Dès 1980, il est inscrit sur la Liste des zones humides d’importance internationale au titre de la Convention de Ramsar sur les zones humides et les deux sites formant cette zone sont regroupés et élargis en avril 2010. Comprenant au moins 38 espèces, ses communautés de mangroves sont d’une grande diversité. Le parc abrite de vastes populations d’oiseaux d’eau, de poissons d’eau douce, d’invertébrés aquatiques, de tortues et de crocodiles, y compris un nombre substantiel d’espèces endémiques, et constitue une importante zone de frai et d’alevinage. Il présente également un large éventail de valeurs culturelles et socioéconomiques et ses zones humides jouent un rôle particulièrement important aux yeux des propriétaires et gardiens traditionnels du Parc national de Kakadu (les « Bininj ») pour des raisons culturelles mais aussi pour leur intérêt en termes de loisirs et de tourisme.


Les principales activités qui attirent les touristes dans le Parc national de Kakadu comprennent notamment :

  • la visite de sites d’art aborigène ;
  • des randonnées éducatives et des conférences avec des rangers ;
  • des promenades en bateau dans les zones humides, sur les plans d’eau et les cours d’eau ;
  • la visite de centres d’accueil des visiteurs ; et
  • des promenades sur une journée et des randonnées de plusieurs jours dans le bush au cœur du paysage naturel du parc.


Le parc sert également de porte d’entrée aux touristes se rendant sur la Terre d’Arnhem ou visitant d’autres sites du « Top End ».

Au niveau local, le tourisme à Kakadu est source de revenus, d’emplois, d’opportunités commerciales et de services ; il aide également à défendre les traditions culturelles, de manière directe comme indirecte. Le Parc national de Kakadu attire par ailleurs un très grand nombre de touristes étrangers. Sur la période 2007-2009, le parc a ainsi reçu plus de 225 000 visiteurs par an, ce qui a généré des retombées économiques annuelles de l'ordre de 130 millions d’AUD (environ 138 millions d’USD), bien que le nombre de visiteurs ait chuté à 176 000 en 2010 en raison des effets du ralentissement économique mondial sur le tourisme international. Le parc compte 55% de visiteurs australiens contre 45% de visiteurs étrangers.


Les rangers aborigènes utilisent un hydroglisseur pour identifier les zones où des plantes indésirables se développent.
Credit: ©David Hancock, Skyscans



L’un des principales caractéristiques du Parc national de Kakadu est qu’il se situe sur des terres aborigènes qui sont louées et gérées conjointement avec les groupes aborigènes qui en sont propriétaires. En 2004, le parc et les groupes aborigènes concernés ont défini une vision commune du tourisme pour Kakadu qui sert désormais de fondement au Plan directeur pour le tourisme dans le parc. Il est fondamental pour les Aborigènes de préserver leur terre et leur culture, si bien que le Plan directeur pour le tourisme a pour objectif général de faire reconnaître le Parc national de Kakadu partout dans le monde comme un lieu où :

  • la patrimoine culturel et naturel du parc est protégé et la culture vivante des Aborigènes respectée ;
  • les Aborigènes donnent des orientations et participent à la gestion du parc sous tous ses aspects ; et
  • les connaissances sur le pays et la culture sont transmises aux jeunes Aborigènes.


Dans le cadre de ces contrats de bail foncier, les propriétaires aborigènes et les groupes concernés perçoivent un loyer annuel auquel vient s’ajouter un pourcentage des droits d’entrée versés par les visiteurs du parc ; ils bénéficient également de tout un éventail de possibilités d'emploi, d’activités commerciales et de formation en lien avec le parc. En outre, au titre de ces contrats, le Directeur du parc est tenu d’encourager la préservation des traditions aborigènes.

Le Plan directeur pour le tourisme a été élaboré en consultation avec le Conseil de direction du Parc national de Kakadu, les propriétaires traditionnels de Kakadu et des représentants de l’industrie du tourisme, notamment le Kakadu Tourism Consultative Committee (Comité consultatif pour le tourisme à Kakadu). Le Conseil de direction du parc surveille la mise en œuvre du Plan directeur pour le tourisme et supervise d'autres aspects liés de la gestion du parc. Il se compose de 10 membres nommés par les groupes aborigènes et de cinq autres membres, à savoir le Directeur des Parcs nationaux, le Secrétaire adjoint de la Division en charge de l’exploitation des parcs et du tourisme (Parks Operations and Tourism Branch), une personne représentant l’industrie du tourisme dans le Territoire du Nord, une personnalité du milieu de la conservation de la nature et une personne désignée par le Gouvernement du Territoire du Nord. Parallèlement, les Bininj participent à la gestion des zones marines et côtières du parc, notamment en ce qui concerne la réalisation de travaux de recherche et la mise en œuvre de programmes d’enquête et de surveillance.

Les principes qui régissent la gestion pratique au quotidien de Kakadu et du tourisme dans le parc sont les suivants : la culture, le pays, les lieux sacrés et le droit coutumier ne font qu’un, dépassent les frontières de Kakadu et doivent être protégés et respectés ; la gestion conjointe par des Aborigènes et des personnes non-aborigènes est préservée grâce à la collaboration et au partage de la prise de décisions ; le tourisme doit être développé à un rythme et à un niveau définis par les Aborigènes, si bien que de solides partenariats sont entretenus avec l’industrie du tourisme et, enfin, les visiteurs ont l’occasion de vivre une expérience enrichissante et mémorable, en toute sécurité.

Le parc travaille en étroite collaboration avec l’Office du tourisme australien (Tourism Australia) et l’Office du tourisme du Territoire du Nord (Tourism NT), les organismes nationaux et étatiques en charge du marketing et de la promotion de Kakadu ; il collabore également avec Tourism Top End (TTE), une association à but non lucratif composée de plus de 550 membres dont des particuliers et des personnes issues du monde des entreprises ou d’organisations qui œuvrent en faveur de la croissance du tourisme dans le Top End. Un grand nombre d’exploitants d’entreprises touristiques de Kakadu adhèrent à la TTE.

La principale difficulté est que l’industrie du tourisme doit faire face à la pression commerciale qui veut que les visiteurs puissent avoir accès à un maximum de sites et d’activités. Or, sur un site comme Kakadu, du fait d’éléments culturels combinés à des conditions météorologiques extrêmes, à la préservation des populations de crocodiles et à l’entretien des routes à l’issue de la saison des pluies, il n’est pas toujours possible de satisfaire les attentes de l’industrie du tourisme. C’est pourquoi la direction du Parc national de Kakadu s’emploie à informer les opérateurs touristiques des raisons pour lesquelles il n’est pas toujours possible d’accéder à tel ou tel site ou de pratiquer telle ou telle activité, et ce au moyen de bulletins d’information spécialisés, de rencontres individuelles et d’un programme de formation obligatoire à l’adresse de tous les guides organisant des visites dans le Parc national de Kakadu.

Les réglementations sont fortement respectées dans l’ensemble du parc. Conformément à la stratégie du parc en la matière, le personnel en charge de l’observation des règles explique de manière pédagogique l’intérêt de l’application des réglementations, en particulier la Loi australienne sur la protection de l'environnement et la conservation de la biodiversité de 1999 (Environment Protection and Biodiversity Conservation Act 1999). S’il y a lieu, cependant, les dispositions visant à faire respecter les réglementations sont durcies en fonction de la gravité de l'infraction.

Le tourisme donne aux visiteurs l’occasion de mieux apprécier la culture autochtone et la conservation de la nature. Le parc a mis en place un vaste programme d’information et de communication visant à ce que les touristes prennent conscience des valeurs naturelles et culturelles de Kakadu et du fait que le site est une terre aborigène gérée conjointement par ses propriétaires traditionnels et Parks Australia. Ce programme comprend :

  • des panneaux explicatifs et des affichages sur place ;
  • des explications individuelles transmises par des guides et des rangers ;
  • des informations préalables à la visite accessibles en ligne ;
  • le Guide du visiteur du Parc national de Kakadu ;
  • un ensemble d’observations sur des lieux et thèmes précis à l’intérieur du parc ;
  • le « Bowali Visitor Centre » et le « Warradjan Aboriginal Cultural Centre » ;
  • des visites guidées, des exposés et des diaporamas ; et
  • des activités culturelles, notamment de la peinture et du tissage traditionnels proposés par les autochtones de la région.



>> Lien vers une étude de cas en format PDF - Australie 
>> Lien vers la Liste annotée de Ramsar - Australie
>> Lien vers des sites de l’UNESCO qui sont également des sites Ramsar

Sources
Informations fournies par la Parc national de Kakadu et l’organisme
http://www.environment.gov.au/parks/kakadu/index.html
http://www.environment.gov.au/cgi-bin/wetlands/ramsardetails.pl?refcode=2
http://www.australia.com/destinations/icons/kakadu.aspx
http://www.environment.gov.au/parks/publications/kakadu/pubs/tourism-brochure-summary.pdf

‘Economic impact of Australia’s World Heritage Areas’, disponible à l’adresse
http://www.environment.gov.au/heritage/publications/report/pubs/economic-activity-report.pdf

‘Kakadu National Park Tourism Master Plan’, disponible à l’adresse  http://www.environment.gov.au/parks/publications/kakadu/pubs/tourismmasterplan.pdf

‘Kakadu National Park Management Plan 2007-2014’, disponible à l’adresse http://www.environment.gov.au/parks/publications/kakadu/pubs/management-plan.pdf

‘A Shared Vision for Tourism in Kakadu National Park’, disponible à l’adresse  http://www.environment.gov.au/parks/publications/kakadu/shared-vision.html

National Landscapes – Kakadu factsheet, disponible à l’adresse http://www.tourism.australia.com/en-au/documents/Corporate%20-%20Marketing/Marketing_NL_Kakadu.pdf

Environment Protection and Biodiversity Conservation Act 1999 (EPBC Act)
http://www.comlaw.gov.au/Details/C2012C00248 (telles qu’amendées)
et EPBC Regulations 2000
http://www.comlaw.gov.au/Details/F2011C00848 (telles qu’amendées)

Le Secrétariat Ramsar a sélectionné 14 études de cas pour une publication sur les zones humides et le tourisme durable qui sera lancée à la 11ème Conférence des Parties contractantes en juillet 2012.

Back to top
Suivez-nous sur :      
Prix Ramsar

Infos - Sites Ramsar

 

Les zones humides nous relient les uns aux autres

La Convention aujourd'hui

Nombre de » Parties contractantes : 168 Sites sur la » Liste des zones humides d'importance internationale : 2186 Surface totale des sites désignés (hectares) : 208.674.247

Secrétariat de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suisse
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail : ramsar@ramsar.org
Carte : cliquez ici

Devenez membre du Forum Ramsar

Reconnaissance

La rénovation du site Ramsar a été rendue possible grâce au groupe Danone