Résolution VIII.32: Conservation, gestion intégrée et utilisation durable des écosystèmes de mangroves et de leurs ressources

«Les zones humides : l’eau, la vie et la culture »
8e Session de la Conférence des Parties contractantes à la
Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971)
Valence, Espagne, 18 au 26 novembre 2002

1. RECONNAISSANT l'importance capitale de toute la gamme des biens et services écologiques fournis par les écosystèmes de mangroves, y compris le rôle vital de ces écosystèmes qui servent de frayères et de nurseries à tant d'espèces d'importance économique, ainsi que l'importance économique, sociale et écologique des mangroves pour, entre autres, la pêche, la diversité biologique, la protection des littoraux, les activités de loisirs, l'éducation et la qualité des eaux côtières et du plateau continental;

2. RECONNAISSANT AUSSI que la survie d'un grand nombre de communautés locales et de populations autochtones dépend de la productivité et de la santé des écosystèmes de mangroves;

3. RECONNAISSANT DE PLUS que, dans les pays où on les trouve, les écosystèmes de mangroves sont importants pour la régulation des processus naturels et le maintien de la diversité biologique des zones côtières et que de nombreuses espèces, notamment de poissons, de mollusques, de crustacés, d'oiseaux d'eau migrateurs ou sédentaires et de mammifères aquatiques, ainsi que des espèces menacées, dépendent des mangroves et des régions voisines d'un point de vue écologique;

4. CONSCIENTE que des écosystèmes de mangroves en bon état, avec leurs récifs coralliens, herbiers marins et étendues intertidales associés, peuvent jouer un rôle important en atténuant les effets des changements climatiques et de l'élévation du niveau des mers, y compris par le piégeage du carbone et par leur rôle tampon contre l'élévation du niveau des mers et les tempêtes, en particulier dans le contexte de l'ampleur actuelle du blanchissement des coraux, et des prévisions d'augmentation future de ce phénomène établies par le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), comme il est reconnu dans le document COP8 DOC. 11 et dans la Résolution VIII.3;

5. PRÉOCCUPÉE de constater, alors même que l'importance des écosystèmes de mangroves est largement admise, que la superficie de ces écosystèmes continue de diminuer dans de nombreux pays, par suite de la destruction et de la dégradation provoquées par des activités anthropiques d'utilisation des mangroves et des régions voisines ou perturbant les flux d'eau douce ou des marées qui alimentent les écosystèmes de mangroves, en l'absence de mécanismes de planification, de gestion et de contrôle appropriés;

6. CONSTATANT qu'il y a de plus en plus de connaissances disponibles sur les pratiques relatives à l'utilisation durable des écosystèmes de mangroves par des communautés ancestrales d'utilisateurs, et que l'expérience et les connaissances techniques sur la conservation et l'utilisation durable de ces écosystèmes devraient être largement disséminées aux niveaux national et mondial;

7. PRENANT NOTE de la nécessité de renforcer les mécanismes mondiaux d'échange des bonnes pratiques et connaissances techniques sur les écosystèmes de mangroves pour pouvoir profiter de ces échanges, mais aussi d'encourager et de renforcer ces activités au sein des communautés locales, avec la coopération le cas échéant des populations locales, des organisations nationales ou internationales possédant les connaissances nécessaires ou s'intéressant à l'utilisation durable de la diversité biologique des écosystèmes de mangroves;

8. SACHANT que les Parties contractantes à la Convention de Ramsar ont reconnu, dans l'Action 6.2.3 du Plan stratégique 1997-2002, que les écosystèmes de mangroves sont sous-représentés sur la Liste des zones humides d'importance internationale et que des orientations sur l'identification et l'inscription d'écosystèmes de mangroves ont été adoptées par la présente session de la Conférence des Parties contractantes (Résolution VIII.11);

9. RECONNAISSANT que les écosystèmes de mangroves dépendent de processus écologiques et sont influencés par des processus socio-économiques qui interviennent dans les bassins hydrographiques et dans les zones côtières en général où on les trouve, et que leur capacité de continuer de fournir leurs valeurs et fonctions dépend d'une gestion durable du territoire à plus grande échelle comme le reconnaissent la Résolution VII.18 concernant la gestion des bassins hydrographiques et les orientations adoptées par la présente session concernant les plans de gestion des sites (Résolution VIII.14), l'attribution et la gestion de l'eau (Résolution VIII.1) et la gestion intégrée des zones côtières (Résolution VIII.4);

10. RAPPELANT la Résolution VII.21 qui fait spécifiquement référence aux écosystèmes de mangroves comme faisant partie intégrante des zones humides intertidales qui ont disparu ou se sont dégradées à la suite d'activités non durables;

11. PRENANT NOTE de l'Annexe de la Résolution VIII.11 qui fait référence aux principaux facteurs de perte et de dommages pour les écosystèmes de mangroves du monde entier résultant de pratiques d'exploitation non durable telles que la destruction de l'habitat, les changements dans l'hydrologie, la pollution et l'aquaculture non durable;

LA CONFERENCE DES PARTIES CONTRACTANTES

12. PRIE les Parties contractantes qui ont des écosystèmes de mangroves sur leur territoire d'examiner, et s'il y a lieu, de modifier leurs politiques et stratégies nationales qui pourraient avoir des incidences défavorables sur ces écosystèmes et de mettre en œuvre des mesures de protection et de restauration de leurs valeurs et fonctions pour les populations humaines, reconnaissant leurs droits, usages et coutumes traditionnels, et pour le maintien de la diversité biologique; et de coopérer, au niveau international, à la mise au point de stratégies régionales et mondiales pour leur protection.

13. PRIE ÉGALEMENT les Parties contractantes qui ont des écosystèmes de mangroves sur leur territoire de promouvoir leur conservation, leur gestion intégrée et leur utilisation durable dans le contexte des politiques et des cadres réglementaires nationaux, conformément aux évaluations environnementales et stratégiques des activités qui pourraient avoir des effets, directs ou indirects, sur la structure et la fonction des écosystèmes de mangroves.

14. EXHORTE les Parties contractantes concernées à mettre à jour l'information sur la couverture des écosystèmes de mangroves et leur état de conservation ainsi que sur les formes et niveaux d'utilisation auxquels ils sont soumis et à communiquer cette information au Bureau Ramsar et au Groupe d'évaluation scientifique et technique (GEST) de la Convention de manière à les aider dans leurs travaux, prévus dans la Résolution VIII.8, concernant l'état et les tendances des zones humides.

15. EXHORTE AUSSI les Parties contractantes qui ont des écosystèmes de mangroves sur leur territoire à échanger des informations relatives à la conservation, à la gestion intégrée et à l'utilisation durable de ces écosystèmes, en particulier lorsque cela suppose la participation pleine et entière de communautés locales et de populations autochtones.

16. PRIE le Bureau Ramsar et le GEST dans la limite des ressources disponibles, ainsi que les Parties contractantes, de contribuer pleinement aux initiatives concernant le transfert de technologies écologiquement avisées pour la gestion durable des écosystèmes de mangroves et de mettre ces orientations à la disposition des utilisateurs.

17. PRIE ÉGALEMENT les Parties contractantes qui ont des écosystèmes de mangroves sur leur territoire, y compris leurs territoires dépendants, d'inscrire, selon leurs capacités et en vertu de leurs réglementations internes, les écosystèmes de mangroves qui remplissent les critères d'inscription sur la Liste des zones humides d'importance internationale afin de créer un réseau national et international cohérent de sites Ramsar comme demandé dans le Cadre stratégique et la Vision pour la Liste des zones humides d'importance internationale (Résolution VII.11) et, ce faisant, de reconnaître en particulier les sites Ramsar qui sont importants pour la subsistance et les valeurs culturelles des communautés locales et des populations autochtones.

18. PRIE EN OUTRE toutes les Parties contractantes concernées de reconnaître l'importance des écosystèmes de mangroves pour les oiseaux migrateurs et sédentaires et d'inscrire sur la Liste de Ramsar les régions qui remplissent les Critères 4, 5 et 6 du Cadre stratégique adopté dans la Résolution VII.11 afin de contribuer à la mise en place de réseaux cohérents de sites Ramsar, à l'échelle des voies de migration, conformément, le cas échéant, au Plan de travail conjoint de la Convention de Ramsar, de la Convention sur les espèces migratrices et de l'Accord sur les oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA), approuvé dans la Résolution VIII.5 et aux autres conventions ou accords y relatifs.

19. ENCOURAGE toutes les Parties contractantes concernées à tenir compte, dans leurs plans de gestion des sites Ramsar ayant des écosystèmes de mangroves, en appliquant les Nouvelles Lignes directrices relatives aux plans de gestion des sites Ramsar et autres zones humides et autres orientations adoptées par la présente session (Résolutions VIII.1, VIII.4 et VIII.14), des facteurs écologiques et socio-économiques présents dans les bassins hydrographiques et dans les zones côtières auxquelles ils sont liés et de faire en sorte que la gestion et l'aménagement de leur territoire n'aient pas d'effets préjudiciables sur les écosystèmes de mangroves, notamment par l'introduction de polluants, la modification des débits d'eau, les apports sédimentaires et l'introduction d'espèces exotiques.

20. ENCOURAGE AUSSI toutes les Parties contractantes concernées à reconnaître à sa juste valeur le rôle important que peuvent jouer les écosystèmes de mangroves en atténuant les effets des changements climatiques et de l'élévation du niveau des mers, en particulier dans les zones basses et dans les petits États insulaires en développement et à prévoir leur gestion, notamment les mesures d'adaptation requises, de manière à garantir que les écosystèmes de mangroves puissent répondre aux impacts découlant des changements climatiques et de l'élévation du niveau des mers.

21. PRIE INSTAMMENT toutes les Parties contractantes concernées d'identifier les facteurs qui dégradent leurs écosystèmes de mangroves et de chercher à restaurer ces écosystèmes afin qu'ils puissent fournir toute la gamme de leurs valeurs et fonctions, en ayant recours aux orientations sur la question adoptées à la présente session (Résolution VIII.16).

22. DEMANDE au Bureau Ramsar de tout faire pour obtenir les ressources financières et la coopération technique avancée nécessaires pour promouvoir la conservation, la gestion intégrée et l'utilisation durable des écosystèmes de mangroves et de leurs ressources, dans le cadre des partenariats existants et d'accords appropriés avec des organisations internationales et régionales.

Suivez-nous sur :      
Ramsar online photo gallery

La Convention aujourd'hui

Nombre de » Parties contractantes : 168 Sites sur la » Liste des zones humides d'importance internationale : 2181 Surface totale des sites désignés (hectares) : 208.545.658

Secrétariat de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suisse
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail : ramsar@ramsar.org
Carte : cliquez ici

Devenez membre du Forum Ramsar