Plan de travail du Groupe de travail sur la culture 2009 - 2012

29/09/2009

Jau, Brazil
Réserve de Jau, Brésil
Le plan de travail du Groupe de travail sur la culture de la Convention de Ramsar, pour la période 2009-2012, a été rédigé au premier semestre de 2009, après un échange de vues entre le Groupe et le Secrétariat Ramsar.

Certaines des activités prévues seront réalisées par les membres du GTC ainsi que par d'autres experts, à titre bénévole. D'autres nécessiteront des ressources financières et des appels de fonds ont d’ores et déjà été lancés à cet effet.

Stratégie

Durant la période qui mène à la 11e Session de la Conférence des Parties contractantes (COP11) en 2012, et au-delà, il importe de concevoir une approche plus stratégique de la culture dans le cadre de Ramsar. Il est donc proposé que le GTC prépare une stratégie en vue d'intégrer progressivement les aspects culturels dans les travaux de la Convention.

La préparation de la stratégie se fera au moyen d'un processus consultatif, selon les étapes suivantes :

- Avant-projet préparé par le GTC
- Projet discuté au sein du Secrétariat Ramsar
- Examen du deuxième projet par le Réseau culturel Ramsar
- Examen du troisième projet par les membres du GEST
- Évaluation et adoption du projet final par le Comité permanent (à sa 41e Réunion).

La structure de la stratégie reposera sur l'Analyse du cadre logique et comprendra des objectifs et des mesures avec des résultats précis et des indicateurs vérifiables. Elle comprendra également une estimation des ressources humaines et financières requises et les sources potentielles d'appui.

La mise en œuvre systématique de la stratégie devrait se faire dès son adoption par le Comité permanent. Un rapport sur la stratégie sera présenté à la COP11, en 2012.

Constitution de réseaux

La Résolution VIII.19 et la Résolution IX.21 mettent toutes deux fortement l'accent sur la nécessité de constituer des réseaux pour les activités culturelles et les zones humides. Autrefois, cela se faisait de manière occasionnelle. Pour la période 2009-2012, on se propose d'intensifier et de promouvoir la constitution de réseaux sur la culture aux deux niveaux suivants :

a) Principaux partenaires

Un petit nombre d'organisations seront choisies comme partenaires clés pour les questions culturelles intéressant la Convention de Ramsar et la collaboration sera systématiquement renforcée avec elles, dans le cadre du GTC et avec l'aide du Secrétariat, chaque fois que cela sera nécessaire. Cette collaboration devra se concentrer sur des activités spécifiques et tenir compte des ressources requises (aussi bien humaines que financières).

La première organisation est l'UNESCO et, en particulier, sa Convention du patrimoine mondial et son Programme hydrologique international. Des contacts ont déjà été pris dans le cadre de :

- la participation de la Convention du patrimoine mondial au GTC Ramsar
- la préparation d'un document intitulé « World Heritage Convention – Challenges and perspectives : Reflections by the Ramsar Convention »  (Convention du patrimoine mondial - défis et perspectives : réflexion de la Convention de Ramsar) et la participation à un atelier sur ce thème (Paris, France, 25 au 27 février 2009).

La Convention sur la diversité biologique pourrait être le deuxième partenaire compte tenu de l'intérêt croissant qu'elle porte aux questions culturelles et de sa collaboration étroite avec Ramsar en ce qui concerne les zones humides. Quelques autres organisations pourraient être ajoutées sur une liste courte, en tenant toujours compte des coûts et des avantages, par exemple l'ICOMOS (vu son engagement auprès de la Convention du patrimoine mondial du point de vue de la définition et de l'application du critère relatif aux paysages culturels). Le Groupe de spécialistes CMAP/UICN des valeurs culturelles et spirituelles des aires protégées est également intéressant et la collaboration a déjà commencé avec ce Groupe.

b) Le Réseau culturel Ramsar

Plusieurs organisations locales, nationales et internationales s'adressent à Ramsar pour obtenir des orientations sur la culture et les zones humides et pour faire connaître leurs activités dans ce domaine. Il est donc proposé de les inviter à participer au Réseau culturel Ramsar qui ferait office de forum pour l'échange d'information et de savoir-faire.

Les principales activités du Réseau seront les suivantes :

- Diffusion d'informations sélectionnées sur des activités relatives à la culture dans les zones humides et contribution aux exemples de bonnes pratiques (voir ci-dessous).
- Présentation de cette information sur le site Web du GTC (voir paragraphe sur la communication ci-après).
- Contribution aux activités du GTC, en particulier par des consultations sur les documents clés.
- Diffusion d'orientations sur la culture et les zones humides préparées par la Convention de Ramsar.
- Contribution à des activités (comme des ateliers ou des séances techniques) organisées par le GTC.
- Participation à des séminaires ou colloques organisés par les partenaires du GTC sur des thèmes en rapport avec les zones humides ou durant lesquels les liens entre les zones humides et la culture pourraient être valorisés.

Le Réseau culturel Ramsar fonctionnera et communiquera par voie électronique, notamment par l’intermédiaire de l'Internet et du site Web du GTC.

Exemples de bonnes pratiques

Un des moyens les plus efficaces de promouvoir l'intégration des aspects culturels dans la gestion et l'utilisation rationnelle des zones humides est la diffusion, à grande échelle, d'études de cas qui illustrent les bonnes pratiques et les enseignements acquis et qui démontrent la synergie pouvant résulter d’une approche holistique du patrimoine naturel et culturel des zones humides.

Les membres du GTC et ceux du Réseau culturel seront priés, au deuxième semestre de 2009, de définir les études de cas concernées et de fournir des informations ainsi que des noms de personnes à contacter (en complétant également la matrice Ramsar dans chaque cas ; voir Annexe III de « Culture et zones humides : un document d’orientation Ramsar»).

Après (ou pendant) la collecte, les études de cas seront classées selon :

- le type de thème culturel lié à l'utilisation rationnelle de la zone humide (archéologie, architecture, paysage, patrimoine spirituel, etc.), ou
- le type de valeurs culturelles en jeu dans le cadre de l'utilisation rationnelle de la  zone humide : les valeurs pour la communauté locale ou les valeurs de patrimoine universel, ou les deux.

Il pourrait être utile de démontrer que différents types d'approches culturelles peuvent, ensemble, contribuer à la conservation ou à la gestion des zones humides.

L'information rassemblée sera portée sur le site Web du GTC. Des ressources seront recherchées et l'on s'efforcera de cultiver la collaboration avec une maison d'édition renommée afin de pouvoir assembler une publication internationale de ces études de cas (dans les trois langues de la Convention).

Analyse des rapports nationaux

Dans leurs rapports nationaux, les Parties contractantes fournissent des informations qui pourraient servir à établir un tableau mondial plus général sur les questions culturelles. En conséquence, une étude des réponses aux questions posées aux Parties sur la mise en œuvre des résolutions de la COP et les orientations sur la culture pourrait livrer des conclusions utiles.

Par ailleurs, cette étude pourrait inspirer des études de cas et contribuer ainsi à l'activité précédente.

L'étude qui aura lieu sera surtout qualitative et se concentrera sur les informations positives données par les Parties.

Orientations

La publication des orientations Ramsar 2008 a été conçue comme un ouvrage en cours d’élaboration, un processus permanent. Durant la prochaine période triennale, plusieurs améliorations sont requises, notamment :

- Approfondissement et affinement des objectifs généraux et spécifiques inclus dans les documents d'orientation actuels. Certains doivent être restructurés ou éclaircis et de nouveaux seront ajoutés.
- Proposition d'ajout de mesures d'application des objectifs énoncés dans le document et élimination des mesures qui ne sont pas jugées efficaces.
- Enrichissement des encadrés d'information qui illustrent le texte.
- Intégration d'études de cas sur les meilleures pratiques en vue d'éclaircir les mesures et les objectifs.
- Ajout d'une plus grande sélection de photographies.

Ce travail devrait être terminé en 2011 de manière que la publication puisse être présentée à la COP11  de Ramsar, en 2012. Des fonds seront nécessaires pour préparer, traduire et produire la publication.

Durant l'année 2011, on étudiera également de manière approfondie la possibilité de préparer un manuel sur l'intégration des valeurs culturelles dans la gestion et l'utilisation rationnelle des zones humides. Si les résultats sont positifs, le Manuel devrait être mis en chantier et terminé avant la COP12.

Communication

La communication doit être un élément majeur du programme du GTC et se concentrer sur la promotion d'une approche intégrée des zones humides, tenant compte de leurs valeurs et aspects culturels. Elle sera déployée à trois niveaux.

a) Publications

Les publications que produiront le GTC et ses partenaires peuvent être un outil de communication majeur.

Toutefois, la principale difficulté consiste à diffuser ces publications à un vaste public intéressé. Cet aspect doit être pris en compte dans la conception et la préparation de chacune des publications. Les partenaires du GTC et les membres du Réseau culturel Ramsar seront invités à aider à la diffusion de publications choisies par l'intermédiaire de leurs propres membres et réseaux.

b) Site Web

Le site Web du GTC sera un élément fondamental non seulement pour la communication mais aussi pour le fonctionnement du GTC et du Réseau culturel. Les premières idées de structure du site Web sont en discussion. Toutefois, les progrès ont été lents car le site Web principal de Ramsar - dans lequel le site Web du GTC est intégré - a été radicalement modifié. Par ailleurs, il faudra trouver des ressources financières.

Outre le site Web du GTC, nous étudierons la possibilité de mettre sur pied un intranet pour la communication entre les membres du GTC et du Réseau culturel car cela pourrait être un outil utile au fonctionnement de l'ensemble du réseau.

c) Activités

Le GTC doit s'occuper d'organiser des activités sur la culture et les zones humides en des lieux appropriés. Il pourrait s'agir notamment des activités suivantes :

- 10e réunion du Comité méditerranéen pour les zones humides à Biguglia, en Corse, France, fin mai 2010.
- Symposium Grado +20 sur les zones humides méditerranéennes (Grado, Italie, avril 2011).
- Réunions régionales Ramsar conduisant à la COP11 (sans doute en 2011).
- Cinquième symposium sur les zones humides asiatiques - AWS (sans doute en 2012).
- COP11 de Ramsar (2012).

Pour toutes ces activités, la participation et la contribution des partenaires et membre du Réseau culturel Ramsar sera recherchée.

Par ailleurs, le GTC doit être prêt à contribuer, dans les domaines de la culture et des zones humides, à des activités organisées par ses organisations partenaires (comme l'UNESCO et la CDB).

Soutien au GEST

Le GTC pourrait contribuer aux travaux du Groupe d'évaluation scientifique et technique (GEST) en inscrivant des activités pertinentes dans son programme de travail. Cela fait partie du rôle du GTC, défini dans son mandat (selon la décision SC36-3 du Comité permanent).

Voici quelques exemples de taches pertinentes du GEST (énoncées dans la Résolution X.10) :

- 4.3 Besoins Ramsar en données et informations
- 4.4 Descriptions des caractéristiques écologiques
- 5.1 Les zones humides et la santé humaine
- 7.5 La gestion des ressources en eau dans les régions arides et subhumides
- 9.1 Atténuation et compensation pour la perte de zones humides.

David Pritchard, membre du GTC, assurera la liaison avec le GEST.

Back to top
Suivez-nous sur :      
Ramsar online photo gallery

La Convention aujourd'hui

Nombre de » Parties contractantes : 168 Sites sur la » Liste des zones humides d'importance internationale : 2181 Surface totale des sites désignés (hectares) : 208.545.658

Secrétariat de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suisse
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail : ramsar@ramsar.org
Carte : cliquez ici

Devenez membre du Forum Ramsar