Des zones humides saines pour une population en bonne santé et des moyens d’existence durables

Use this message with our 40th logo. Download


En quelques mots

Des zones humides saines sont synonymes de populations en bonne santé. En revanche, la dégradation des zones humides par les activités humaines, en particulier celles qui portent atteinte à la qualité de l’eau et à sa disponibilité – réduit souvent leur capacité de livrer des services écosystémiques, ce qui peut affecter directement et indirectement la santé des êtres humains et causer une perte de production alimentaire et de moyens d’existence au niveau local. Les zones humides dégradées peuvent aussi être à l’origine de l’émergence de maladies infectieuses et de la résurgence de maladies liées à l’eau, compromettant une fois encore la santé humaine et causant la perte de plantes et d’animaux des zones humides qui ont une valeur médicinale particulièrement importante pour les populations autochtones et les communautés locales. 

Ce que fait la Convention

À travers deux résolutions adoptées en 2008: Les zones humides et la santé et le bien-être humains et Les zones humides et l’éradication de la pauvreté, la Convention explique les liens vitaux permettant de comprendre les relations entre des zones humides saines et des populations en bonne santé.  En outre, tandis que Ramsar et les Parties contractantes se préparent pour la session de la COP11 en juillet 2012, voici un nouveau projet de résolution portant sur les zones humides et la santé. Le projet de résolution SC43 25 couvre « Les zones humides et la santé : adopter une approche à l’échelle de l’écosystème ». Le Comité permanent Ramsar examine ce document du 31 octobre au 4 novembre 2011 pour le présenter aux Parties à la Convention à l’occasion de la COP11.

Que faut-il faire encore?

Il est désormais clair que, dans tous les pays, le secteur des zones humides doit collaborer avec les responsables du secteur de la santé pour que ceux-ci comprennent l’importance de maintenir la santé des zones humides et d’encourager l’utilisation rationnelle des zones humides existantes et la restauration de celles qui sont dégradées dans l’intérêt de la santé humaine.

Ramsar continue de traiter les principaux défis relatifs à l’application de la Déclaration de Changwon qui demande une collaboration entre la Convention et les secteurs du développement, y compris les industries minières et extractives, les secteurs du développement de l’infrastructure, de l’eau et de l’assainissement, de l’énergie, de l’agriculture et des transports, entre autres, qui ont des incidences directes ou indirectes sur les zones humides. Ces incidences peuvent entraîner, dans certains cas, des effets négatifs sur les services écosystémiques livrés par les zones humides, y compris ceux qui soutiennent la santé et le bien être humains. Les administrateurs et les décideurs de ces secteurs du développement doivent être plus conscients de cela et prendre toutes les mesures possibles pour éviter les effets négatifs.

Les Parties contractantes à la Convention de Ramsar sont supposées harmoniser leurs politiques dans différents secteurs afin que les initiatives visant au développement économique et humain n’entraînent pas, par inadvertance, la dégradation des zones humides « affaiblissant ainsi  leur capacité à fournir des services vitaux ».

Il est également temps que les Parties contractantes, et en particulier les Autorités administratives Ramsar, entament sérieusement un dialogue et un partenariat avec les acteurs clés et les décideurs des « industries extractives » et du « développement urbain » afin de veiller à ce que les questions de gestion des zones humides soient prises en compte dans l’aménagement du territoire aux niveaux national et local.

Utilisation rationnelle des zones humides pour un approvisionnement durable en eau salubre, la sécurité alimentaire et la santé


Certaines zones humides jouent un rôle important en purifiant l’eau par le ‘piégeage’ des polluants dans leurs sédiments, leurs sols et leur végétation. Les zones humides ont tout particulièrement la capacité de réduire les niveaux élevés de matières nutritives tels les phosphores et les nitrates habituellement associés au ruissellement agricole et aux effluents d’eaux usées. Elles peuvent empêcher ces matières nutritives d’atteindre des niveaux toxiques dans les eaux souterraines qui alimentent les populations.

“Urban Development, Biodiversity and Wetland
Management Case Study:
East Kolkata Wetlands, India”
[PDF]
 par Ritesh Kumar
de Wetlands International

L’utilisation rationnelle de la capacité de purification de certaines zones humides, à l’exemple de la ville indienne de Kolkata (Calcutta), est importante pour la santé, les moyens d’existence durables et la gestion efficace des zones humides. Kolkata a joué un rôle pionnier en se dotant d’un système d’élimination des eaux usées à la fois efficace et écologique.

Les 8000 hectares du Site Ramsar des zones humides de Kolkata Est, un patchwork de canaux frangés d’arbres, de parcelles cultivées, de rizières et d’étangs à poissons – avec les 20 000 personnes qui y travaillent – transforment un tiers des eaux usées de la ville et la plupart de ses déchets domestiques en une riche récolte quotidienne de poissons et de légumes frais.

Comprendre le lien entre des zones humides saines et une population en bonne santé


Les zones humides saines, intactes, offrent des services écosystémiques dont bénéficie la population : sécurité alimentaire; sécurité de l’eau; « assurance » par la formation de tampons naturels contre les tempêtes; valeurs spirituelles, pédagogiques et de loisirs. Pour de nombreuses communautés, la faim, la malnutrition et l’absence d’accès à de l’eau salubre sont parmi les causes fondamentales d’une mauvaise santé; la santé et le bien être sont étroitement liés aux moyens d’existence des populations et sont fondamentaux pour la réduction de la pauvreté et de la vulnérabilité à la pauvreté.

Veiller à la santé des zones humides et des populations

Pêcheur.
Photo: NathaPie Rizzotti, Ramsar

Vous pouvez consulter le projet de résolution SC43 25 qui couvre « Les zones humides et la santé : adopter une approche à l’échelle de l’écosystème ». Dans ce projet de résolution, le paragraphe 10 souligne « le rôle essentiel des zones humides comme déterminants de la santé et du bien être humains, parce qu’elles sont des sources d’hydratation, d’eau salubre et/ou de nutrition; des sites exposés à la pollution, aux produits toxiques, aux maladies infectieuses et/ou aux risques physiques; des lieux favorisant le bien être psychosocial et  la santé mentale, y compris des lieux d’où l’on tire des moyens d’existence et qui enrichissent la vie, permettant ainsi de survivre et d’aider les autres; et des sites où l’on peut prélever des produits médicinaux ». Il reconnaît également « les liens étroits et spécifiques entre les écosystèmes de zones humides et les moyens d’existence et modes de vie améliorés (grâce notamment aux possibilités de faire de l’exercice physique, de soulager le stress, d’améliorer la santé mentale et la résistance aux maladies), en particulier pour les communautés autochtones et locales; et reconnaît que la modification anthropique des fonctions des zones humides peut avoir des résultats négatifs sur la santé. »

L’annexe 2 contient « Des messages clés pour les décideurs et administrateurs des zones humides » qui sont tirés du Rapport technique Ramsar no 6 2011/Rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur « Notre santé dépend de celle des zones humides : une étude de l’interaction entre les zones humides et la santé humaine ». Parmi ces messages clés, les paragraphes 4, 6, 7 et 8 montrent comment les zones humides, la santé et les moyens d’existence durables sont liés :

4. Les avantages des écosystèmes de zones humides pour la santé humaine peuvent être abordés de trois manières intimement liées au moins : en reconnaissant les besoins humains qui sont satisfaits par l’eau dans son environnement; en reconnaissant les produits de santé qui sont issus des écosystèmes de zones humides; et en valorisant les zones humides au sens plein et entier, de manière à permettre à chacun, dans les écosystèmes de zones humides, d’améliorer ses conditions socio-économiques de manière durable.

6. Les zones humides, grâce aux services qu’elles procurent, contribuent à la santé en apportant la sécurité alimentaire : garantissant la disponibilité d’aliments, le pouvoir d’achat ou le capital social permettant d’accéder à la nourriture par l’achat ou le troc, des nutriments suffisants dans la nourriture disponible et une ressource de matériel génétique contenu dans les organismes des zones humides.

7. Traiter la gestion des zones humides comme si la vie des populations et leurs moyens d’existence en dépendaient, contribuera, sans le moindre doute, à la santé.

8. Les êtres humains peuvent être exposés à des risques sanitaires dans les écosystèmes de zones humides : matières toxiques, maladies portées par l’eau ou par des vecteurs. Des mesures peuvent être prises pour atténuer ces risques mais ceux-ci peuvent augmenter (parfois de manière spectaculaire) en cas de perturbation dans les écosystèmes et les services qu’ils procurent.

Lire le projet de résolution intégral ici.

Back to top
Suivez-nous sur :      
Prix Ramsar

La Convention aujourd'hui

Nombre de » Parties contractantes : 168 Sites sur la » Liste des zones humides d'importance internationale : 2186 Surface totale des sites désignés (hectares) : 208.674.247

Secrétariat de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suisse
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail : ramsar@ramsar.org
Carte : cliquez ici

Devenez membre du Forum Ramsar