La brochure en français, 3ème éd., 2008

La Convention sur les zones humides est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l'action nationale et à la coopération internationale en matière de conservation et d'utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources. Adoptée en 1971 à Ramsar, en Iran, elle est entrée en vigueur en 1975. C'est le seul traité mondial de l'environnement qui porte sur un écosystème particulier. La Convention a des pays membres sur tous les continents.

Conserver et fournir de l'eau : les zones humides sont au cœur du développement durable.

 

Téléchargez la brochure

La Convention : que fait-elle ?

La Convention a pour mission: " La conservation et l'utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier ".

La Convention a adopté une large définition des types de zones humides qui relèvent de sa mission - marécages et marais, lacs et cours d'eau, prairies humides et tourbières, oasis, estuaires, deltas et zones intertidales, zones marines côtières, mangroves et récifs coralliens et zones humides artificielles telles que les bassins de pisciculture, les rizières, les retenues et les marais salins.

Regardez la vidéo Ramsar 2009 « Les zones humides maintiennent notre planète vivante et saine » pour en savoir plus.

Parlons des zones humides

Les zones humides fournissent des services écologiques fondamentaux, régulent les régimes hydrologiques et sont source de biodiversité à tous les niveaux -- spécifique, génétique et écosystémique.
Les zones humides constituent une ressource de grande valeur économique, scientifique, culturelle et récréative pour l'ensemble de la communauté.
Les zones humides jouent un rôle vital pour l'adaptation aux changements climatiques et l'atténuation de ces changements.
Avec l'empiètement progressif sur les zones humides et la perte de celles-ci, la fourniture de services écosystémiques est gravement, et parfois irrémédiablement, entravée.
Les zones humides doivent être restaurées et remises en état, dans toute la mesure du possible.
Les zones humides doivent être conservées au moyen de l'utilisation rationnelle.


Qu'est-ce que l'utilisation rationnelle ?

L'utilisation rationnelle des zones humides est définie comme " le maintien de leurs caractéristiques écologiques obtenu par la mise en œuvre d'approches par écosystème dans le contexte du développement durable. "

En d'autres termes, au cœur de " l'utilisation rationnelle " il y a la conservation et l'utilisation durable des zones humides et de leurs ressources, au bénéfice de l'humanité.


Quel est le rôle des Parties contractantes ?

Au titre des " trois piliers " de la Convention, les Parties se sont engagées à :

Oeuvrer à l'utilisation rationnelle de toutes leurs zones humides au moyen de l'aménagement national du territoire, de politiques et de législations pertinentes, de mesures de gestion et d'éducation du public ;

Inscrire des zones humides appropriées sur la Liste des zones humides d'importance internationale (" Liste de Ramsar ") et veiller à leur gestion efficace ; et

Coopérer, au niveau international, dans le contexte des zones humides transfrontières, des systèmes de zones humides partagés, des espèces partagées et des projets de développement qui pourraient toucher les zones humides.



Comment fonctionne la Convention ?

La Conférence des Parties contractantes (COP) se réunit tous les trois ans et adopte des politiques et des directives sur l'application de la Convention.

Le Comité permanent, composé de Parties représentant les six régions Ramsar de la planète, se réunit tous les ans pour orienter l'application de la Convention entre les sessions de la COP.

Le Groupe d'évaluation scientifique et technique fournit des orientations sur des questions d'importance capitale pour la Convention.

Le Secrétariat Ramsar, qui partage son siège avec l'Union mondiale pour la nature (UICN) à Gland, Suisse, gère les activités quotidiennes de la Convention.

L'Initiative MedWet, dont le secrétariat se trouve à Athènes, sert de modèle pour la coopération régionale relative aux zones humides, notamment pour des initiatives régionales placées sous l'égide de la Convention, dans d'autres régions du monde.

Au niveau national, chaque Partie contractante désigne une Autorité administrative comme correspondant chargé de l'application de la Convention.

Les pays sont encouragés à établir des Comités nationaux pour les zones humides auxquels participent tous les secteurs du gouvernement responsables des ressources d'eau, de la planification du développement, des aires protégées, de la biodiversité, du tourisme, de l'éducation, de l'aide au développement, etc. La participation des ONG et de la société civile est également encouragée.

Les Sites Ramsar qui ont des difficultés à maintenir leurs caractéristiques écologiques peuvent être inscrits, par le pays concerné, sur une liste spéciale, appelée " Registre de Montreux ", et recevoir une aide technique pour résoudre les problèmes.

Les pays éligibles peuvent solliciter une aide financière au Fonds Ramsar de petites subventions et au Fonds Wetlands for the Future en vue de mettre en œuvre des projets de conservation et d'utilisation rationnelle des zones humides.


Des outils pour vous aider

Pour la Journée mondiale des zones humides, le 2 février de chaque année, le Secrétariat prépare du matériel de promotion et d'éducation diffusé largement et gratuitement. En apprendre plus...

Le Manuel Ramsar et le Dossier d'information Ramsar sont proposés sous forme imprimée et sont également disponibles dans la rubrique Publications.


Travailler ensemble

La Convention travaille en étroite collaboration avec d'autres conventions mondiales et régionales relatives à l'environnement dans le cadre de plans de travail conjoints ou de protocoles d'entente. Elle collabore, en particulier, avec la Convention sur la diversité biologique, la Convention sur la lutte contre la désertification, la Convention sur les espèces migratrices et la Convention du patrimoine mondial ainsi qu'avec le Programme de l'UNESCO sur l'homme et la biosphère. Le Secrétariat travaille aussi avec des institutions financières telles que la Banque mondiale et le FEM et avec des autorités de gestion des bassins hydrographiques (lac Tchad et bassin du Niger, par exemple).

La Convention reconnaît officiellement cinq Organisations internationales partenaires - BirdLife International, Fonds mondial pour la nature (WWF), International Water Management Institute (IWMI), Union mondiale pour la nature (UICN) et Wetlands International - qui aident les Parties en apportant des avis techniques spécialisés aux niveaux mondial, national et local ainsi qu'une assistance au niveau du terrain.

Le Secrétariat a noué des relations de collaboration avec beaucoup d'autres organisations non gouvernementales telles que la Society of Wetland Scientists, The Nature Conservancy, l'Association internationale pour l'évaluation d'impacts et le Wildfowl and Wetlands Trust, et en invite beaucoup d'autres à collaborer à titre permanent à ses travaux scientifiques et techniques.


Qui paie pour tout cela ?

La Conférence des Parties adopte un budget administratif géré par le Secrétariat Ramsar auquel chaque Partie verse un pourcentage calculé d'après sa contribution au budget de l'Organisation des Nations Unies. Beaucoup de pays et d'autres donateurs versent des contributions pour des projets spéciaux Ramsar, par exemple le Fonds Ramsar de petites subventions, Wetlands for the Future, la subvention Suisse pour l'Afrique et, du côté du secteur privé, le projet Evian avec le Groupe Danone et Biosphere Connections avec le réseau de lignes aériennes Star Alliance.

 

Janvier 2008
La première édition de cette brochure a été publiée avec le soutien du projet Danone/Evian.

Back to top
Suivez-nous sur :      
Prix Ramsar

La Convention aujourd'hui

Nombre de » Parties contractantes : 168 Sites sur la » Liste des zones humides d'importance internationale : 2187 Surface totale des sites désignés (hectares) : 208.608.257

Secrétariat de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suisse
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail : ramsar@ramsar.org
Carte : cliquez ici

Devenez membre du Forum Ramsar