Rapport national des Comores pour la COP7 Ramsar

Lamentablemente, no hay versión en español de este documento

Rapport national à l’occasion de la 7e Session de la Conférence des Parties contractantes à la Convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971)

Application de la Convention de Ramsar en général et du Plan stratégique Ramsar, 1997-2002, en particulier, durant la période écoulée entre le Rapport national préparé en 1995 pour la COP6 Ramsar et le 30 juin 1998

comoros.gif (1824 bytes)

Partie contractante REPUBLIQUE FÉDÉRALE ISLAMIQUE DES COMORES
Autorité administrative Ramsar désignée .
Nom complet de l’institution Direction Générale de l'Environnement, B P 289, Moroni, Comores
Nom et titre du chef de l’institution Youssouf Hamadi, Directeur général
Adresse postale du chef de l’institution B P 289, Moroni, Comores
Téléphone (269) 73 65 53/ 73 63 88
Télécopie (269) 73 65 53/ 73 68 49
Courriel precncom@snpt.km
Nom et titre (si différents) du responsable chargé des affaires de la Convention de Ramsar ABOUBACAR-TAYFFA Hassanali, Directeur général adjoint de l'environnement
Adresse (si différente) du responsable désigné même adresse
Téléphone .
Télécopie .
Courriel .

Plan stratégique Ramsar – Objectif général 1
S’efforcer d’obtenir une adhésion universelle à la Convention.

1.1 Décrire toute mesure prise par votre gouvernement (par ex. organisation de réunions/consultations régionales ou infrarégionales, coopération avec des pays voisins à propos de sites transfrontières) pour encourager d’autres pays à adhérer à la Convention.

Aucune action formelle à caractère officielle n'a été faite par le gouvernement pour encourager d'autres pays à adhérer à la convention. Cependant, au cours des ateliers régionaux organisés dans le cadre du Programme Régional Environnement de la Commission de l'Océan Indien (PRE-COI/UE), les délégués comoriens ne manquent pas l'occasion pour faire connaître à leurs collègues de la sous région que leur pays est membre de la convention de Ramsar et qu'il y a un grand intérêt à adhérer à cette convention.


Plan stratégique Ramsar – Objectif général 2
Parvenir à l’utilisation rationnelle des zones humides en appliquant et en améliorant les Lignes directrices Ramsar sur l’utilisation rationnelle.

2.1 Avez-vous élaboré un plan d’action/une politique/stratégie national(e) pour les zones humides, êtes-vous en train ou prévoyez-vous de le faire dans un avenir proche? Si tel est le cas:

Les Comores n'ont pas élaboré un plan d'action ni une politique spécifique pour les zones humides.  En revanche le pays a élaboré une politique nationale de l'environnement (PNE) en vigueur depuis 1993, ainsi qu'une stratégie de mise en oeuvre de cette politique.

a. Quelles sont/seront ses caractéristiques principales?

La PNE est en fait la piece maîtresse du Plan d'Action Environnementale (PAE) qui repose sur un diagnostic de l'état de l'environnement global établi en 1992. Le PAE après avoir été adopté par le gouvernement, a été approuvé par les principaux partenaires des Comores lors de la table ronde tenue à Génève en 1994.

Le PAE composé de sept programmes comprend plusieurs sous programmes dont:

  • " etude des écosystèmes terrestres " incluant les écosystèmes des zones humides.
  • " étude des écosystèmes marins de la zone côtière ".
  • " étude des ressources en eau "
  • " protéction et valorisation de la biodiversité " y compris la biodiversité des zones humides.

Toutefois nous envisageons d'incluire un sous programme spécifique "protéction et valorisation des zones humides " dans le prochain PAE.

b. Etait-il ou est-il prévu que le plan d’action/la politique/stratégie soit adopté(e) par l’ensemble du gouvernement, le ministre responsable des questions relatives à Ramsar ou dans le cadre d’un autre processus? Veuillez décrire.

c. Comment ce document entre-t-il/entrera-t-il en rapport avec d’autres initiatives nationales de planification de l’environnement/de la conservation (par ex. plan d’action national pour l’environnement, plan d’action national pour la diversité biologique, stratégie nationale de conservation)?

2.2 S’il y a une politique en vigueur, où en est son application et quelles sont les principales difficultés rencontrées?

Pour des raisons financières, le gouvernement n'arrive pas à financer la mise en eouvre de sa politique envronnementale, une mise en oeuvre qui demande egalement un personnel qualifié que le pays ne dipose pas dans certains domaines.

Néanmoins, certains programmes contenus dans le plan d'action ont été mis en eouvre ou sont en cours d'exécution. On citera notamment:

  • l'étude des écosystème marin et côtiers
  • l'étude des ressources en eau
  • la protéction et la valorisation de la biodiversité qui comprend la biodiversité des zone humides

2.3 Si une politique/stratégie/un plan d’action est en place, qui est responsable de son application:

a. Un seul ministère,
b. Un comité interministériel, ou
c. Un comité intersectoriel?

C'est le ministère de la production agricole, des ressources marines, de l'environnement et del'artisanat, qui est responsable de la mise en eouvre du PAE qui comprend la PNE et la strategie de mise en oeuvre de cette politique.

Le Comité Interministeriel Consultatif pour l'Environnement (CICE) a supérvisé les activités de l'élaboration du PAE et de la PNE. Il sera remplacé bientôt par le CNDD, le Comité National de Coordination pour le Développement Durable.

Ce comité comprendra des membres des institutions publiques et de la societé civile. Il aura un rôle de coordination des actions de mise en eouvre du PAE. De ce fait le comité national Ramsar qui est en cours de constitution, travaillera sous la supervision du CNDD.

2.4 Pour les pays sous régime de gouvernement fédéral: existe-t-il des politiques/stratégies/plans en vigueur, en voie d’élaboration ou prévus au niveau des provinces/Etats, régions? Oui/Non.  Si oui, veuillez décrire en détail.

Les Comores est pays Fédéral. Chaque île constitue une entité fédérée denommée " Gouvernorat " dirigée par un Gouverneur. Chaque Gouvernorat est subdivisé en Prefectures.

Pour l'instant il n'y a aucun plan en vigueur ni en cours d'élaboration au niveau des Gouvernorats ou des Prefectures, concernant la gestion des zones humides.

2.5 Une évaluation de la législation et des pratiques ayant des effets sur les zones humides a-t-elle eu lieu et, si oui, a-t-elle abouti à des changements qui contribuent à l’application de la Convention de Ramsar? Veuillez décrire.

La loi cadre relative à l'environnement a été adoptée en 1994. Son élaboration a constitué une profonde refonte de la legislation relative à l'environnement afin de l'adapter dans le contexte actuel notamment deans le le domaine de la forêt, la faune et la flore.

Au regard des paragraphes relatifs à la faune et la flore, cette loi contribue sur le plan juridique à l'application de convention de Ramsar, surtout en ce qui concerne la gestion des sites inscrits sur la liste des zones humides d 'importance internationale.

2.6 Décrivez les efforts déployés dans votre pays pour que les zones humides soient prises en compte dans les processus d’aménagement et de gestion intégrés du territoire/de l’eau et de la zone côtière, aux niveaux suivants:

a. national,
b. provincial,
c. local.

Le Projet de Développement Régional de Mohéli (PDRM) mène dans cette île des activités de gestion de terroir villageois qui comprend entre autres des actions d'amenagements et de reforme du système foncier et celà prend en compte les zones humides existantes dans l'île.

2.7 Avez-vous publié des documents ou des descriptions des pratiques qui pourraient aider d’autres pays à promouvoir et améliorer l’application des Lignes directrices Ramsar relatives à l’utilisation rationnelle des zones humides? Oui/Non.  Si oui, veuillez donner des détails et fournir des copies.

Non

2.8 Dans le contexte de la Recommandation 6.14 de la COP6 sur les substances toxiques et la pollution, veuillez décrire les mesures prises pour «remédier aux effets de la pollution qui affecte les sites Ramsar et autres zones humides, et pour prévenir ces effets» (paragraphe 9 du dispositif).

Le problème de la pollution des zones humides par des substances toxiques ne se pose pas encore aux Comores. L'industrialisation est quasi nulle et l'utilisation des engrais chimique est très marginale. Toutefois l'usage des produits toxiques est reglementé par la legislation environnementale en vigueuer dans le pays.

2.9 Décrire les mesures prises pour intégrer les techniques d’évaluation économique des zones humides dans les mesures d’aménagement et d’évaluation des ressources naturelles.

Aucune mesure n'est prise concernant l'évaluation économique des zones humides.

2.10 La législation de votre pays exige-t-elle de réaliser des évaluations d’impact sur l’environnement à propos d’activités pouvant avoir des répercussions sur les zones humides? Oui/Non.

Oui,  la legislation prevoit la réalisation d'études d'impactes environnementales sur les projets pouvant avoir des consequences dans les zones humides.

2.11 La restauration et la remise en état des zones humides sont-elles considérées comme des priorités dans votre pays? Oui/Non.  Si oui, décrire les mesures prises pour identifier des zones humides nécessitant de telles mesures et mobiliser les ressources en vue de la restauration ou de la remise en état.

Non

2.12 Décrire les mesures prises pour «encourager une participation active et informée des communautés locales, notamment des populations autochtones et, en particulier des femmes, dans les domaines de la conservation et de l’utilisation rationnelle des zones humides». (Voir Plan stratégique, Actions 2.7.1-4).

Nous envisageons de réaliser une étude de cas sur la participation active des communautés locales dans la conservation et la gestion rationnelle des zones humides. Les résultats qui seront issus de cette étude nous permettront de généraliser l'approche dans les autres sites.

2.13 Décrire les mesures prises pour «encourager la participation du secteur privé à la conservation et à l’utilisation rationnelle des zones humides (voir Plan stratégique, Actions 2.8.1-4). Y a-t-il eu, parmi ces mesures, une évaluation des moyens fiscaux (accords fiscaux, etc.) en vue de déterminer et d’éliminer les obstacles et d’introduire des incitations à la conservation et à l’utilisation rationnelle des zones humides. Oui/Non?  Si oui, décrire en détail.

Pour l'instant aucune action concrète n'est faite en vue d'impliquer le secteur privé dans l'utilisation rationnelle des zones humides.


Plan stratégique Ramsar – Objectif général 3
Améliorer la sensibilisation aux valeurs et fonctions des zones humides dans le monde entier et à tous les niveaux.

3.1 Existe-t-il, dans votre pays, un programme national dirigé par le gouvernement sur l’éducation et la sensibilisation du public portant sur les zones humides ou tenant compte de celles-ci. Oui/Non? Si oui, quelles sont les mesures prioritaires inscrites dans ce programme et les groupes cibles? (Voir aussi question 9.4)

Non

3.2 Décrire les mesures prises pour que les programmes pédagogiques tiennent compte des questions relatives aux zones humides et des principes d’utilisation rationnelle de Ramsar. Cette mesure a-t-elle été prise à tous les niveaux d’enseignement (primaire, secondaire, supérieur et adulte)? Veuillez décrire.

Le plan directeur de l'éducation national prevoit l'insertion de l'environnement dans le cursus scolaire au niveau primaire et secondaire, et celà prend en compte les zones humides.


Plan stratégique Ramsar – Objectif général 4
Améliorer les capacités des institutions des Parties contractantes, chargées de la conservation et de l’utilisation rationnelle des zones humides.

4.1 Décrire les mécanismes en place ou en train d’être mis en place pour améliorer la coopération entre les institutions responsables d’activités qui pourraient avoir des répercussions sur la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides. Si l’un des mécanismes est un comité national Ramsar/pour les zones humides, décrire sa composition, ses fonctions et son mode de fonctionnement.

Le pays est en train de mettre en place un Comité National de Coordination pour le Développement Durable (CNDD) qui sera placé sous la supervision du ministère de l'environnement.

Le CNDD aura pour principal mission, la coordination des politiques sectorielles du gouvernement en matière de développement durable. Il doit notamment veiller à ce que les actions à entreprendre en matière d'aménagement du territoire, d'urbanisme, d'équipements publics, du tourisme, de développement rural etc..., s'inscrivent dans la perspective du développement durable et sont compatibles avec le maintien des équilibres écologiques fondamentaux.

Le CNDD émettra donc des avis sur les programmes et projets d'investissement et approuvera les délibérations de ses différentes commissions techniques, ainsi que le rapport annuel sur l'état de l'environnement préparé par la direction générale de l'environnement.

Le CNDD sera composé des représentants des institutions publiques, de la société civile, et du secteur privé. Il exercera ses attributions en assemblée plénière ou par ses comités technique qu'il aura crées. Il sera assisté par un secrétariat permanent dénommé Comité Technique de Coordination(CTC) qui sera composé de cinq membres dont le Président du CNDD.

4.2 Parmi les éléments suivants, indiquez ceux qui ont été mis en place:

a. une évaluation en vue d’identifier les besoins de formation des institutions et des personnes concernées par la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides. Oui/Non? Si oui, veuillez indiquer les principaux résultats de l’évaluation.

b. une évaluation visant à déterminer les possibilités de formation pour ces personnes, tant au niveau national que dans d’autres pays. Oui/Non?

c. la mise au point de modules de formation ou d’un programme de formation destiné aux administrateurs des zones humides. Si oui, veuillez décrire en détail.

d. des citoyens de votre pays ont-ils suivi une formation relative aux zones humides soit dans votre pays soit à l’étranger. Oui/Non? Si oui, veuillez décrire en détail.

Il n'y a eu aucune action ayant trait à la formation relative aux zones humides.


Plan stratégique Ramsar – Objectif général 5
Garantir la conservation de tous les sites inscrits sur la Liste des zones humides d’importance internationale (Liste de Ramsar).

5.1 Combien de sites Ramsar de votre pays disposent d’un plan de gestion officiel:

a. en préparation,
b. prêt,
c. en voie d’application?

Le plan de gestion de notre unique site Ramsar est en cours d'élaboration.

Veuillez indiquer dans le tableau des sites Ramsar de la page annexée de quels sites il s’agit et dans quelle catégorie ils se trouvent.

5.2 Parmi les plans de gestion susmentionnés, lesquels comprennent un plan ou programme de surveillance continue permettant de détecter des changements dans les caractéristiques écologiques? Veuillez le mentionner également dans le tableau des sites Ramsar.

5.3 Y a-t-il eu un changement dans les caractéristiques écologiques (positif ou négatif) dans l’un de vos sites Ramsar; cela pourrait-il se produire à l’avenir? Oui/Non. Si oui, veuillez décrire en détail.

Dans le site de Dziani-Boudouni, le déboisement autour du lac a favorisé le développement d'une nouvelle végétation herbacée au détriment des espèces locales.

On constate également une décoloration progressive des eaux qui deviennent de plus en plus troubles ainsi qu'un assèchement du lac. Ces modifications ont certainement un impact négatif sur la flore et la faune du site.

5.4 Pour les sites Ramsar inscrits au Registre de Montreux et auxquels a été appliqué la Procédure consultative sur la gestion, comment les recommandations du rapport de procédure ont-elles été appliquées? Dans quel délai est-il prévu de retirer le site du Registre de Montreux?

5.5 Pour les pays concernés par les Recommandations 6.17.1-4 de la COP6 «Sites Ramsar se trouvant sur le territoire de certaines Parties contractantes»: veuillez indiquer les mesures prises pour résoudre les problèmes soulevés à l’époque.


Plan stratégique Ramsar – Objectif général 6
Inscrire sur la Liste de Ramsar les zones humides qui satisfont aux critères de la Convention, en particulier celles qui appartiennent à une catégorie encore sous-représentée dans la Liste et les zones humides transfrontières.

6.1 Un inventaire national des zones humides a-t-il été préparé dans votre pays? Oui/Non.

Si la réponse est non: prévoyez-vous de le faire? Oui/Non.

S’il existe un inventaire national: quand a-t-il été terminé? Où est-il conservé? Quelles informations contient-il?

L'inventaire national des zones himides n'a pas été fait mais nous prevoyons de le faire très prochainement.

6.2 Existe-t-il une liste ou un répertoire des zones humides «importantes» de votre pays ou région? Oui/Non.  Si oui: quand a-t-il été terminé? Où est-il conservé? Quels critères ont été utilisés pour déterminer l’importance et quelles sortes d’informations ont été retenues?

Le répertoire sur les zones humides importants sera constitué à partir de la base de données sur les ressources de la zone marine et côtière que nous sommes en train de construire.

6.3 Si possible, veuillez donner une estimation de la superficie des zones humides de votre pays et toute information sur le rythme de disparition ou de transformation au profit d’autres activités. Si cette information est disponible, veuillez indiquer la définition de «zone humide» qui est utilisée.

Il n'est pas possible de donner une estimation de la superficie globale des zones humides.

6.4 Des mesures ont-elles été prises pour appliquer les résolutions et recommandations de la COP6 selon lesquelles les Parties contractantes devraient, en priorité, inscrire des zones humides d’importance internationale qui:

a. satisfont aux critères relatifs aux poissons (Rés. VI.2);
b. satisfont aux critères de 1% pour les populations d’oiseaux d’eau à l’aide des données fournies par le Comptage international des oiseaux d’eau (Rés. VI.4);
c. sont des systèmes de zones humides karstiques ou de grottes (Rés. VI.5);
d. sont des écosystèmes de tourbières (Rec. 6.1);
e. sont des récifs coralliens et systèmes associés (Rec. 6.7);
f. sont des types de zone humide sous-représentés (qui, à part d) et e) ci-dessus comprennent des mangroves et des herbiers marins) (Action 6.2.3 du Plan stratégique).

Le gouvernement n'a engagé pour l'instant aucune procédure visant à inscrire des nouveaux sites sur la liste de Ramsar.

6.5 Si votre gouvernement a indiqué, à la COP6, qu’il allait procéder à l’inscription de nouveaux sites, veuillez décrire la situation.

6.6 Veuillez indiquer dans le tableau de la page 3 quels sites de votre pays, inscrits sur la Liste de Ramsar, sont des sites transfrontières (voir aussi 7.1).

6.7 Décrire tout plan ou mesure en train d’être adoptés pour inscrire davantage de sites transfrontières (voir aussi 7.1).


Plan stratégique Ramsar – Objectif général 7
Mobiliser une assistance financière pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides en collaboration avec d’autres conventions et organisations, tant gouvernementales que non gouvernementales.

7.1 Décrire brièvement toute activité bilatérale ou multilatérale prise, en cours ou prévue pour gérer des zones humides transfrontières ou leurs bassins versants (voir aussi 6.6 et 6.7).

7.2 Avez-vous des sites Ramsar jumelés avec d’autres sites, soit au plan national soit au plan international? Oui/Non. Si oui, décrire.

Non, nous n'avons pas des sites jumelés avec d'autres sites.

7.3 Au cas où votre pays serait également signataire de l’une des conventions suivantes, décrire les mécanismes qui existent pour aider au dialogue régulier et à la prise de mesures en coopération entre le personnel responsable de l’application de ces conventions et l’Autorité administrative Ramsar:

a. Convention sur la diversité biologique;
b. Convention-cadre sur les changements climatiques;
c. Convention sur la lutte contre la désertification;
d. Convention sur les espèces migratrices;
e. Convention du patrimoine mondial.

Les Comores ont ratifié les conventions suivantes: convention sur la diversité biologique, convention cadre sur les changements climatiques, convention sur la lutte contre la désertification, convention sur la protection du patrimoine mondial.

Les points focaux de toutes ces conventions travaillent sous la supervision de la Direction Générale de l'Environnement qui est l'institution administrative responsable de la mise en oeuvre de ces conventions dans le pays.

7.4 Votre pays participe-t-il à des activités bilatérales ou multilatérales de conservation des espèces migratrices des zones humides? Oui/Non. Si oui, décrire en détail.

Non

7.5 Y a-t-il des bailleurs de fonds multilatéraux et/ou bilatéraux qui financent des projets contribuant à l’application de la Convention de Ramsar dans votre pays? Oui/Non. Si oui, veuillez décrire en détail.

Non

7.6 Votre gouvernement procède-t-il à une attribution budgétaire annuelle afin de financer la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides nationales? Oui/Non. Si oui, s’agit-il d’une attribution spécifique à un programme pour les zones humides ou accordée dans le cadre d’un budget de gestion générale de l’environnement ou des ressources naturelles?

Le gouvernement par son budget annuel contribue au financement de la conservation des zones humides. Il s'agit de l'attribution accordée dans le cadre du budget globale de la gestion de l'environnement.

7.7 Si votre pays dispose d’un programme d’aide au développement, ce dernier comprend-il des fonds destinés à la conservation et à l’utilisation rationnelle des zones humides dans d’autres pays? Oui/Non.  Si oui, veuillez décrire en détail.

7.8 Y a-t-il un processus officiel de consultation en place entre l’Autorité administrative Ramsar et le programme d’aide au développement de votre pays? Oui/Non. Si oui, quel est ce processus.


Plan stratégique Ramsar – Objectif général 8
Mettre à la disposition de la Convention les mécanismes institutionnels et les ressources nécessaires.

8.1 Votre gouvernement a-t-il versé des contributions volontaires autres que les contributions facturées ou au Fonds de petites subventions, en faveur des activités de la Convention dans le monde entier? Oui/Non. Si oui, décrire en détail.

Non

8.2 Si votre pays est en retard dans le versement de ses contributions annuelles à la Convention de Ramsar, veuillez donner les raisons de cette situation et les possibilités de règlement de ces arriérés dans un proche avenir.

Notre pays est effectivement en retard dans le versement de ses contributions annuelles à la convention.

Cela est dû à la conjoncture économique et financière que connaît le pays, aggravée par une crise politique sans précédant qui secoue les Comores depuis plus d'un an.

Cependant nous faisons le nécessaire pour régulariser cette situation dès que possible.


Section facultative – Participation d’organisations non gouvernementales à l’application de la Convention

Il s’agit de questions facultatives qui ont trait à la coopération avec des organisations non gouvernementales dans un effort de coopération à l’application de la Convention.

A la COP6, 42 ONG ont publié l’«Engagement des ONG en faveur des activités de la Convention de Ramsar». Le Comité permanent estime que, pour la COP7, il convient d’évaluer le niveau et le type de coopération en cours entre les autorités administratives des gouvernements et les ONG nationales et internationales qui s’intéressent aux questions relatives aux zones humides.

Dans cette section facultative du rapport national, nous vous demandons de décrire la nature de la coopération et des relations avec toutes ONG internationales, régionales, nationales et provinciales actives dans votre pays.

9.1 Combien, environ, d’ONG ont inscrit les zones humides à leur programme d’activité dans votre pays?

Veuillez établir la distinction entre les organisations internationales, régionales et nationales/provinciales.

Nous connaissons deux ONG avec lesquelles nous travaillons et qui ont inscrit les zones humides dans leurs programmes d'activités.  Il s'agit de:

  • l'Association d'Intervention pour le Développement et l'Environnement (AIDE), une ONG nationale installée à Moroni
  • l'Association pour le Développement Socio-Economique d'Itsamia (ADSEI), l'association villageoise d'Itsamia, le village riverain à notre site Ramsar le lac Dziani-Boundouni.

9.2 Existe-t-il un forum ou mécanisme ordinaire par lequel les ONG expriment leur point de vue sur la conservation des zones humides et l’application de Ramsar:

a. entre elles, oui/non
b. au gouvernement, oui/non

Non

9.3 Y a-t-il des représentants d’ONG dans la délégation officielle de votre gouvernement aux COP Ramsar? Oui/Non.

Non

9.4 Y a-t-il des programmes d’ONG sur l’éducation et la sensibilisation du public à propos des zones humides dans votre pays? Oui/Non. Si oui, veuillez décrire (voir aussi question 3.1).

Non

9.5 Des représentants d’ONG siègent-ils aux comités consultatifs de gestion des sites Ramsar (s’il en existe)? Si oui, décrire en détail.

Des representants d'ONG siègent au comité d'action pour le sauvagarde du lac Dziani-Boundouni, notre site Ramsar.

9.6 Décrire les thèmes de la Convention (voir Objectifs généraux 1-8 du Plan stratégique) dans lesquels vous estimez que les ONG nationales/provinciales sont le plus actives.

Les ONG nationales et locales sont plutôt actives aux thèmes suivants:

  • " Parvenir à l'utilisation rationnelle des zones humides", (objectif général 2)
  • "Ameliorer la sensibilisation aux valeurs et fonctions des zones humides dans le monde entier et à tous les niveaux ", (objectif général 3)    
  • " Garantir la conservation de tous les sites inscrits sur la liste des zones humides d'importance internationale ", (objectif général 5).

Commentaires de conclusion:

10.1 Commentaires généraux sur l’application du Plan stratégique Ramsar.

Le plan strategique Ramsar 1997-2002 est très bien élaboré dans la mesure oû il prend en compte les domaines clefs indispensables à la mise en gestion rationnelle des zones humides. L'application de ce plan nécessiste une volonté politique réelle de la part des autorités nationales et une mobilisation de ressources humaiunes et financières consequentes que notre pays n'a pas toujours.

Nous comptons beaucoup de ce fait sur la cooperation internationale et la mobilisation nationale pour pouvoir continuer les actions que nous avons engagés depuis 1997.

10.2 Observations concernant le fonctionnement des organes suivants, les relations que vous entretenez avec eux et les services qu’ils fournissent:

a. le Comité permanent Ramsar
b. le Groupe Ramsar d’évaluation scientifique et technique
c. le Bureau Ramsar
d. les ONG partenaires de Ramsar.

Les organes de la convention fonctionnent assez correctement. Nous souhaiterions cependant renforcer le partenariant direct entre les ONG partenaires de Ramsar et les parties contractantes.

10.3 Toute autre observation et/ou recommandation générale pour l’avenir.

Le Bureau de convention doit faire un effort pour impliquer davantage les ONG des pays en voie de Développement dans la mise en oeuvre de la convention, et ce à tous les niveaux. (international, régional et sous régional).


comoros.gif (1824 bytes)

Annexe:  Le tableau des sites Ramsar des Comores

Back to top
Síganos 
Ramsar online photo gallery

La Convención hoy

Número de » Partes Contratantes: 168 Sitios designados para la
» Lista de Humedales de Importancia Internacional: 2181 Superficie total de los sitios designados (hectares): 208 545 658

Secretaría de Ramsar

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Suiza
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail: ramsar@ramsar.org
Abrir mapa

Suscríbase a Ramsar Forum