"What partnerships are needed for wetlands?"

14/10/2005

"Fragile natural areas" in the regions of France

What partnerships are needed for wetlands?” was this year’s theme of the annual meeting on “fragile natural areas” (espaces naturels sensibles) in France, bringing together about 250 site managers, local and regional administrators and politicians, environmental and water management experts and NGO representatives. The meeting took place at the invitation of the Loire Province on 10 and 11 October 2005 in Montrond-les-Bains, a small spa town in the upstream floodplain of the Loire, one of western Europe’s remaining near-natural river courses (proposed for inclusion in the Ramsar List for many years).

The about 100 or so French Provinces (départements) can levy a specific land-use tax dedicated to “fragile natural areas”. This allows the provincial authorities (conseils généraux) to undertake specific restoration and management measures concerning these areas, as well as public awareness and education activities. This is often undertaken within the framework of a provincial “environmental and sustainable development charter”, a consensual agreement based on a comprehensive consultation process among the different local stakeholders. The charter is then formally adopted between the provincial and national authorities. In the case of the Loire Province, the new 2005 charter was signed by 25 stakeholder groups. It addresses 66 specific actions focusing on major issues concerning human well-being and the improvement of the environment (urban and rural), the mobilization of different actors and their environmentally friendly behaviour.

This was illustrated with this year’s focus on wetland partnerships. The participants in the meeting had the opportunity to engage in panel discussions focusing on inter-sectoral cooperation and formal partnerships needed between different sectors of the public administration and local authorities and stakeholders, including farmers, hunters, fish farmers, and conservation and education groups. Four workshops focused on established partnerships to manage wetland sites, on specific contractual agreements with farmers and livestock breeders in wetland areas, on the economic valuation of wetland products such as reed and fish, and on the efforts undertaken by local and provincial authorities to make wetland areas more accessible to the general public and schools. Field visits to different wetland types in the Forez plain were also part of the programme: the restored gravel pits in the Loire floodplain at the “Ecopôle” education centre, the visitor facilities at the “David” fish pond and the “Biterne” waterfowl hunting marsh, as well as the peatland restoration sites of Gourgon and Bazanne.

France’s Justice Minister, and President of the Loire Province, Pascal Clément put it in these terms in his invitation to the meeting:

Riches d’une formidable biodiversité, les zones humides jouent un rôle d’infrastructures naturelles et permettent de limiter l’impact des crues ou d’épurer les eaux. Toutefois, ce sont des milieux fragiles. Pour enrayer leur dégradation et diminution, les Conseils généraux et leurs partenaires se mobilisent. Ensemble ils agissent avec leur énergie et les ressources de la taxe départementale sur les espaces naturels sensibles pour limiter les menaces qui pèsent notamment sur la ressource en eau et la biodiversité. Dans le cadre de sa politique consacrée aux espaces naturels sensibles, le Conseil général de la Loire a défini comme prioritaires les zones humides au travers du fleuve Loire, des zones tourbeuses, des étangs du Forez et du Roannais. En dix ans, de nombreux projets de préservation et de restauration ont ainsi été engagés. Les résultats ont été obtenus grâce à la volonté permanente de nouer de nombreux partenariats avec d’autres collectivités, des associations et des particuliers.

The Ramsar Secretariat was invited to participate in the opening panel discussion on the need for partnerships for wetlands (the written text provided by its senior adviser for Europe is attached). This provided a useful opportunity to encourage the many wetland actors at local and regional level in France to promote their important activities and partnerships also beyond the national borders, for other to see.

School children discover the new education trail along the “David” fish pond, used for commercial fish farming and by many waterbirds. The traditional tower on the right, formerly used by duck hunters (“la canardière”) has now been renovated as an observation hide.



The “Ecopôle du Forez” was one of the first environmental education centres established at a French wetland when its modern “nave”, overlooking a restored pond, opened about ten years ago. Since it became a major tourist attraction with more than 20,000 paying visitors per year who enjoy the wildlife in the restored gravel pits and riverine forests along the Loire river.


The specialist looking at this photo will however discover that the Loire river has eroded its bed well into the greenish Marne chalk stones visible here in the background. Intensive gravel mining in the floodplain over many years, and the trapping of river sediments in a large reservoir upstream, led to this result. With the river gravels and sediments, also the fraying grounds for migrant fishes have gone.


Conservation et approvisionnement en eau : les zones humides au cœur du développement durable

La Convention internationale sur les zones humides fut adoptée le 2 février 1971 dans la ville Ramsar sur la côte caspienne en Iran. Elle sert de cadre d'action nationale et de coopération internationale pour l'utilisation rationnelle de ces espaces naturels sensibles et leurs ressources (www.ramsar.org). Les états européens étaient parmi les premiers à signer la convention. Tout le monde y adhère aujourd'hui en Europe, 146 pays à travers le globe. La France est parmi les pays les plus actifs. Ces journées nationales en témoignent.

Traditionnellement, la conservation des zones humides a été conçue dans le cadre de la protection de la nature et des espèces rares et menacées. Avec raison, car la disparition des espèces sauvages, suite aux développements économiques, continue à ce jour. Néanmoins, protéger les zones humides uniquement pour conserver leur milieu naturel ne suffit plus aujourd'hui. La France montre avec son Plan d'action national depuis une décennie que les zones humides doivent être au centre de nos débats de société. Le temps du consensus écologiste des fondateurs de la Convention des années soixante est décidément révolu.

La Convention Ramsar reconnaît depuis bientôt quarante ans l'interdépendance entre nous humains et notre environnement et le besoin de maintenir le caractère écologique des zones humides en tenant compte des services qu'elles nous procurent. Les zones humides créent des valeurs économiques et sociales significatives. Souvent, la valeur d'un écosystème aquatique intact dépasse de loin celle d'une zone humide transformée ou dégradée. Mais rares sont encore les cas où de telles évaluations sont entreprises. Par leurs fonctions hydrologiques, les zones humides améliorent souvent la quantité et la qualité des ressources en eau. Trop souvent on ignore encore le rôle joué par les zones humides dans la réduction des effets de sécheresse ou de crues. Les liens aquatiques entre les zones humides, les cours d'eau et les nappes phréatiques sont trop souvent ignorés ou méconnus.

La récente évaluation globale de l'état des écosystèmes naturels au niveau de la planète (www.millenniumassessment.org) constate que le nombre et la surface des zones humides continuent à diminuer. Il y a trois raisons principales pour ceci : un manque de sensibilisation concernant les liens existants entre les services offerts par les zones humides et leur conditions écologiques, l'absence de prise en compte des services des zones humides dans le développement économique, et la perduration de subventions et de règlements pervers qui procurent des bénéfices économiques privés aux transformations de zones humides pour l'agriculture ou d'autres développements. La plupart de ces raisons concernent aussi la France et d'autres pays européens.

Mais il y a des remèdes. Heureusement les différents acteurs se sont réunis ici pour les évoquer. La Convention Ramsar promeut depuis ses débuts l'approche de l'utilisation rationnelle et le maintien du caractère écologique des zones humides. Ceci implique une attitude coopérative pour la gestion locale des eaux et la mise en œuvre d'une gestion intégrée des ressources en eau par bassin versant, comme déclinées dans la directive européenne cadre sur l'eau. La convention élabore depuis une trentaine d'années des outils méthodologiques pour affronter ces défis.

Quand ses parties contractantes se réuniront la prochaine fois dans un mois, elles fairont l'état des lieux sous le thème " les zones humides et l'eau : richesse pour la vie, richesse pour en vivre ". Les débats se concentreront sur la bonne gestion des sites Ramsar inscrits sur la " Liste des zones humides d'importance internationale ", sur les orientations de la Convention relatives à l'eau, sur les indicateurs écologiques, le rôle des zones humides dans la prévention, l'atténuation et l'adaptation aux catastrophes naturelles, et comme garde-fou contre la pauvreté et le déclin économique. Des sujets qui mènent effectivement à la question de ce colloque : quels partenariats entre différents acteurs internationaux, nationaux et locaux pour les zones humides du 21e siècle ?

Tobias Salathé, secrétariat de la Convention Ramsar

Back to top
Follow us 
Ramsar online photo gallery 

The Convention today

Number of » Contracting Parties: 168 Sites designated for the
» List of Wetlands of
International Importance
2,181 Total surface area of designated sites (hectares): 208,545,658

Ramsar Secretariat

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Switzerland
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail: ramsar@ramsar.org
Map: click here

Ramsar Forum: subscribe