Journée mondiale des zones humides 2004 -- Mali

Discours du M. Abou Bamba, Journée mondiale des zones humides, Mopti, Mali

Excellence Monsieur Amadou Toumani Touré, Président de la république du Mali,
Excellence Mr Nancoman Kéïta, Ministre de l'Environnement du Mali
Chief, Emeka Anyaoku, Président du WWF International
Monsieur le Haut Commissaire de la région de Mopti
Monsieur le Maire de Mopti
Messieurs le Chefs traditionnels et les notables
Honorables invités

Mesdames et Messieurs

C'est pour moi un grand honneur de prendre la parole aujourd'hui au nom du Secrétaire Général de la Convention sur les Zones Humides (plus connue sous le nom de Ramsar) et de m'exprimer ici sur la terre de mes ancêtres dans le cadre de cette cérémonie ô combien importante pour le Mali en particulier et l'Afrique de l'ouest en général.

Je tiens tout d'abord à exprimer mes sincères remerciements à vous-même Monsieur le Chef de l'Etat, au Ministre de l'Environnement et à l'ensemble de ses collaborateurs, au Fonds Mondial pour la Nature, au Groupe Evian-Danone, et aux diverses organisations sous-régionales et régionales des bassins de fleuves et lacs qui, par leurs efforts et leur engagement, ont permis la tenue de cette manifestation. Je voudrais également adresser mes remerciements au peuple malien pour l'hospitalité dont nous avons été l'objet depuis notre arrivée dans votre merveilleux pays. Je tiens aussi à exprimer ma gratitude à l'ensemble des notables, Chefs traditionnels et religieux pour toutes les bénédictions formulées pour la réussite de cette manifestation. Je voudrais enfin adresser mes sincères remerciements aux nombreux experts et éminents représentants de gouvernements et diverses organisations qui prennent part à cette manifestation.

Monsieur le Président, honorables invités

Nous sommes réunis ici, sur ce qui fût le deuxième plus grand empire du Sahel, dans le cadre de la désignation du delta intérieur du Niger en tant que site Ramsar d'importance international

Ce qui m'amène à annoncer l'articulation de mon propos d'aujourd'hui et à répondre aux questions suivantes :
Premièrement, en quoi le delta du Niger est-il un site Ramsar d'importance international ?
Ensuite, qu'est-ce qui sous-tend cette désignation ?

Honorables invités,

En quoi le delta du Niger est-il un site Ramsar d'importance international ?

Répondre à cette question revient à saluer le mérite des experts maliens et de leurs collègues de la convention Ramsar, qui après plusieurs mois de recherche et de travail acharnés, ont achevé le processus de préparation des divers documents et des 32 conditions nécessaires à la désignation du site.

Certaines d'entre elles méritent d'être mentionnées ici : le delta a-t-il une faune et une flore remarquable ? Oui, le delta du Niger dispose d'une faune et d'une flore remarquable. En effet on y retrouve plus de 350 espèces d'oiseaux et il accueille chaque année plus d'un milliard d'oiseaux provenant de plus de 80 pays de la planète. Les reptiles et les amphibiens, quoique menacés y sont en quantité importante. Concernant les poissons, on constate la présence de 138 espèces et sous-espèces, parmi elles, 24 sont endémiques au delta, c'est-à-dire que ne les retrouve nulle au monde à part le delta.

Pour ce qui est de la flore, le delta dispose de quatre zones agro écologiques dont la plupart sont propices à l'agriculture et d'une grande originalité floristique.

Deuxième question qui a toute son importance ici (et nous nous arrêterons là pour les questions !), ce sont les valeurs sociales et culturelles du delta.

Honorables invités,

Près d'un million de personnes vivent aux dépens des ressources de l'écosystème du delta. C'est un espace de concentration des activités humaines : agriculture, élevage, pêche, cueillette, navigation, tourisme, etc. Des centaines de milliers de bovins, d'ovins et de caprins vivent dans les pâturages frais du delta. Ainsi le delta peut jouer un rôle très important dans la résolution des grands problèmes de développement du Mali comme l'autosuffisance alimentaire, la maîtrise de l'eau et le désenclavement intérieur.

Le système d'approvisionnement en eau potable de la région, par exemple, est alimenté soit directement par le fleuve Niger ou indirectement à partir de nappes phréatiques alimentées par les eaux du fleuve. Les ressources en eau du bassin du Niger constituent encore un potentiel très peu exploité. Le delta Intérieur fournit la majeure partie de la production malienne de riz, céréale principale dont la production est améliorée en partie par le barrage de dérivation de Markala, servant à irriguer actuellement 67 000 hectares. La région du delta contient environ 20% de la population du Mali et permet la pêche de 90 000 tonnes de poissons en moyenne par an, même si cette production connaît une tendance à la baisse ces dernières années, à cause d'une surexploitation du delta et de techniques de pêches inadaptées.

La manifestation d'aujourd'hui et le site que nous proposons de désigner sous le # 1365, sont la parfaite illustration du développement durable qui tient compte des aspects environnementaux, sociaux et économiques de nos activités. Nous venons de le démontrer, le delta intérieur du Niger s'il est bien géré a toutes les potentialités pour être un laboratoire du développement au service du Mali et de la sous-région Afrique de l'ouest.

Monsieur le Président, honorables invités

Le monde entier célèbrera à compter de demain la journée internationale des zones humides. Cette journée, si on regarde 33 ans en arrière (la convention a été signée en 1971) est l'aboutissement des résultats obtenus par l'ensemble des pays parties dont le Mali. Elle laisse augurer d'autres succès plus importants. Il y'a 33 ans, la Convention Ramsar sur les zones humides, la plus ancienne des conventions multilatérales sur l'environnement, mettait l'emphase sur les écosystèmes critiques et leurs éléments clé de biodiversité, principalement à cause de leur rôle clé dans la protection des sites pour les oiseaux d'eau migrateurs. Les pères fondateurs de cette convention, ont été à ce niveau des visionnaires. Si bien que, même si la biodiversité et le développement durable n'étaient pas encore dans notre champ lexical global, la convention a été écrite en prenant en compte les contenues dans ces termes. En trente trois ans, La convention a progressé et a connu une certaine maturité en tant convention essentielle pour la conservation et la gestion durable des zones humides.

Actuellement, le monde entier est préoccupé par le problème de l'accessibilité de l'eau au maximum des habitants de notre planète, ce qui signifie aussi suffisamment d'eau pour les zones humides et les autres ecosystémes.

Monsieur le président, honorables participants

J'aimerai terminer mon propos en indiquant mon intime conviction que la convention Ramsar peut devenir une convention sur l'eau -vu que nous sommes déjà la convention qui s'occupe des problèmes de protection, de production et de purification naturelle des ressources en eau.

La convention a progressivement reconnu que les zones humides ne jouent pas seulement un rôle vital dans le cycle hydrologique, mais aussi celui de sécuriser leur conservation et leur gestion durable… et qu'il est essentiel qu'elles soient gérées dans un contexte plus global à l'échelle des bassins et dans le cadre de la gestion des ressources en eau.
Le défi est de trouver des voies et moyens pour s'assurer d'une allocation acceptable en eau pour les zones humides face à la demande croissante et la diminution de l'offre, dont les effets prolongés sont les sécheresses aggravées et la désertification dans plusieurs régions du monde et dans les pays du sahel en particulier.

Quand la neuvième Conférence des Parties (COP9) à la convention se réunira à Kampala, Uganda en 2005, les pays partis auront à prendre des décisions sur ces problèmes.

Monsieur le Président, honorables invités

Il est important d'indiquer ici que la prochaine conférence des parties représentera un double défi pour l'ensemble de nos pays dans la mesure où ce sera la première fois dans l'histoire de la convention qu'une telle réunion se tienne en Afrique et ensuite, les problèmes qui y seront abordés concernent surtout les pays en développement en général et les pays Africains en particulier.

Notre souhait est que le Mali, pays Africain dépositaire d'une des plus anciennes civilisations du continent et comptant en son sein le deuxième plus grand site Ramsar d'importance internationale d'Afrique, y joue un rôle très important tant au niveau de la préparation que de l'organisation en étant représenté au même niveau qu'il l'a été lors de la dernière conférence des partis de la Convention sur la désertification qui s'est tenue l'an dernier à Cuba.

Monsieur le Président, honorables invités

A l'occasion de cette journée internationale des zones humides, souvenons-nous des succès et des échecs de ces 33 dernières années, inspirons-nous des leçons apprises et portons la convention sur les fronts baptismaux du succès à travers des actions au niveau local, national et global pour 2004 et au-delà.

Je vous remercie.

Abou Bamba, World Wetlands Day 2004 in Mopti, Mali, the Niger River behind

Back to top
Follow us 
Ramsar online photo gallery 

The Convention today

Number of » Contracting Parties: 168 Sites designated for the
» List of Wetlands of
International Importance
2,181 Total surface area of designated sites (hectares): 208,545,658

Ramsar Secretariat

Rue Mauverney 28
CH-1196 Gland, Switzerland
Tel.: +41 22 999 0170
Fax: +41 22 999 0169
E-Mail: ramsar@ramsar.org
Map: click here

Ramsar Forum: subscribe